Anxieusement vôtre

Je prévoyais de vous raconter à quel point l’annonce de la séparation entre Tim Burton et Helena Bonham Carter m’a déprimée (déjà que je ne suis toujours pas remise de la rupture Johnny Depp-Vanessa Paradis, hein. Mes chers couples hollywoodiens favoris, je vous rappelle que je suis actuellement en dépression et que ce n’est pas bon pour mon moral que vous divorciez. Merci de bien vouloir prendre en compte mon petit nombril neurasthénique, vous serez bien urbains 😛 ) quand le joli billet de Karine sur l’anxiété m’a rappelé qu’il y a des plombes que je dois inaugurer une série d’articles sur ce sujet, des articles dans lesquels je vais causer crises d’angoisse, phobies, dépression, anxiolytiques (que je surnomme mes xioxios), pensée positive et développement personnel… en bref Miss Grosse Névrosée Meets the New Age. Ouais gros !

Anxieusement vôtre 1

Syndrome ou trouble anxieux généralisé, voilà comment s’appelle ce dont je souffre, officiellement depuis mes 16 ans, officieusement depuis ma naissance, car il est probable que je me tapais déjà des crises de panique dans l’utérus de ma mère (c’étaient pas des contractions, Maman, c’était juste moi qui hyperventilais à l’intérieur de ton bide). Autrement dit, j’angoisse en permanence pour tout, tout le temps. Je suis aussi une grosse phobique : j’ai un jour dû dresser la liste de toutes mes phobies, il y en avait plus de 30, c’est vous dire. Toutes ne sont pas handicapantes au quotidien ; heureusement parce que j’ai déjà fort à faire avec ces trois-là : agoraphobie, phobie sociale et phobie administrative (parce que non, ce n’est pas qu’une blague d’élu du gouvernement, ça existe vraiment). En gros, j’ai peur de sortir de chez moi, j’ai peur des gens et je me farcis une crise d’angoisse chaque fois que je dois m’occuper de papiers officiels… donc je laisse traîner jusqu’à ce que je me retrouve dans une situation impossible et que je sois bien obligée de régulariser. Autant vous dire que je ne serai jamais Ministre de la Culture. Ha.

Sérieusement, imaginez un peu ce que c’est de vivre en étant terrifiée par tout et tout le monde en permanence. D’être obligée de vous sermonner intérieurement pendant de longues minutes chaque fois que vous devez franchir le seuil de votre appartement, même si c’est seulement pour aller acheter le pain en bas de chez vous. De vous cogner une attaque de panique en plein supermarché ou au beau milieu de la rue, sans avoir la moindre idée de ce qui a bien pu la déclencher. De vous réveiller en sursaut à trois heures du matin avec le cœur qui bat à plus de cent pulsations par minute, la tension qui crève le plafond, une douleur au côté gauche et la sensation que vous êtes en train de mourir (et d’appeler hystériquement SOS Médecins en hurlant au standardiste « Dites au docteur de se magner le popotin, je suis EN TRAIN DE CLAQUER, NOM D’UNE GIRAFE NAINE ! » ) (true story – à part la girafe naine qui est un ajout narratif ^^). 

sheldon-hyperventilating-big-bang-theory

Je ne vous cache pas que je souffre d’être ainsi, parce que je ne mènerai jamais une existence tout à fait normale à cause de ça (en même temps, il semble que je sois de toute façon née en décidant que la normalité c’était soooo 1981. Pour les deux au fond qui ne suivent pas, je suis née en 1982 ^^), mais au final j’ai choisi d’en rire. Parce que voyez-vous, toute ma vie je serai comme ça : l’anxiété généralisée ne se guérit pas, elle se gère. Avec des anxiolytiques, des thérapies, de la pensée positive, de la prière, du sport, du chocolat ou bien encore la chemise mouillée de Colin Firth dans Pride & Prejudice… tout ce que vous voulez qui arrive à vous soulager.

Pourquoi vouloir en parler sur le blog ? D’abord, parce qu’écrire là-dessus est une bonne thérapie pour moi. Ensuite, parce que je sais à quel point ce genre de maladie mentale (car oui, n’ayons pas peur de le dire, l’anxiété généralisée, tout comme la dépression, sont des maladies mentales – j’en ai assez que ce terme soit tabou) peut isoler, car la plupart de nos proches sont incapables de comprendre ce que l’on vit (c’est mon cas) et la solitude qu’on peut alors ressentir est absolument terrible : je me dis donc que raconter mon expérience pourra peut-être aider certains lecteurs, ne serait-ce qu’à se sentir un peu moins seuls. Enfin parce que j’espère que ça permettra à ceux de mon entourage qui me lisent de me comprendre un peu mieux.

Ah oui et parce qu’aussi il se pourrait un peu que j’adore raconter ma vie 😛 .

Anxieusement vôtre,

Caro 🙂

23 réflexions au sujet de « Anxieusement vôtre »

  1. Voilà une rubrique que je pourrais écrire en chœur avec toi (même si en fait non parce que je préfère éviter d’écrire ce genre de choses sur le blog). Mais bon, juste pour te dire que tu n’es pas toute seule (mais tu le savais déjà) et que si en pleine crise tu as besoin de parler … mon oreille (mon mail, mes messageries etc etc ) sont ouvertes 🙂

    Et vive les xioxiox parce que parfois ça aide bien !
    Bises

    • Ah je comprends que tu ne veuilles pas en parler. Beaucoup de gens ont du mal à comprendre ce genre de choses, ils pensent que tu exagères ou que tu aimes juste faire ton intéressante (j’ai d’ailleurs prévu un billet sur toutes les remarques qu’on entend quand on est comme nous ^^). En ce qui me concerne, je ne l’ai jamais caché et j’en ai toujours parlé ouvertement, puis je vais te dire, au point où j’en suis, je m’en fiche totalement que les gens le sachent et me prennent pour une folle 😀

      Merci de ta proposition en tout cas, My ♥

    • Hihi Colin est un très bon remède, surtout quand il sort d’un lac ou d’une fontaine (c’est fou le nombre de films dans lesquels il finit à la flotte) 😀

  2. Le mot « maladie mentale » est tabou et fait peur… Personne n’est à l’abri de développer ce type de maladies mentales. Je suis une angoissée aussi pour certaines choses, ce sont surtout des situations stressantes . Ma mère était angoissée ( avec des degrés plus faibles que toi) qui nous a transmis ça. Je n’ai donc jamais considéré ça comme une  » tare « . Courage ma Caro
    Xoxoxo ( là ce sont des bisous !!!)

  3. Oh my que ce billet est touchant.
    Car oui on ne peut pas forcément comprendre même si on peut toujours imaginer.
    Et quand je t’imagine en panique je ne peux que te recommander, alors, de prendre ton whatsapp et de m’écrire ! (Je te ferai une photo duckface)(le résultat est horrible).
    Et pour le côté administratif dessine une teube dessus que tu peux effacer. Ça peut peut être aider à trouver ça moins officiel et paniquant ? (Bah quoi? Non?)

    • Alors là, je suis juste morte de rire !!!

      Je ne sais pas faire la duckface non plus, je crois qu’on n’est pas de la bonne génération 😀

      ♥♥♥

  4. <3 J'ai peur d'aller faire mes courses même si je sais qu'au supermarché du coin bosse une copine… Je galère à aller chez le médecin, à aller chercher mon fils à l'école… J'envoie bouler les gens dès qu'ils m'adressent la parole, quand je ne fonds pas en larmes… Je m'attache aux gens trop facilement mais suis incapable de leur dire par peur de leurs réactions. Je suis incapable de sortir de chez moi si je n'ai pas un but précis (et nécessaire)…. et je t'en passe !

    Sinon, JE VAIS BIEN !! 😀

    • Ah je n’aime pas trop quand des inconnus me parlent, même si ça va beaucoup mieux à ce niveau-là depuis quelques années.

      Par contre, je ne m’attache pas facilement aux gens, je suis très méfiante, il me faut du temps pour les laisser entrer dans mon cercle, et j’opère une sélection drastique, raison pour laquelle je n’ai jamais eu beaucoup d’amis (mais les 3/4 de ceux que j’ai sont là depuis presque 20 ans pour certains… sous la contrainte, évidemment ^^). Mais j’ai aussi du mal à dire aux gens que j’aime que je les aime… mais je crois qu’ils le savent 🙂

      Bisous mon Elo !

      • Moi, je m’attache facilement mais je me connais et ce n’est pas pour ça que les gens entrent dans mon cercle de confiance ^^ J’ai envie de les faire rentrer mais ma méfiance fait que…4

        • Ecoute, je préfère être trop méfiante que pas assez… même si je sais parfaitement que parfois je passe à côté de personnes super 🙂

          • Tu as totalement raison ^^

            Perso, je le deviens à force de m’en prendre plein la tronche… mais parfois mon cœur tout mou et ma naïveté me rattrape…

  5. Je ne suis pas d’un naturel anxieux, je tiens de ma maman mon côté positif (même si mon mari n’est pas toujours d’accord :)) mais je ne peux que compatir. Ton témoignage est très touchant, Caro.

  6. <3

    Le "ouais gros" du début d'article m'a tuée lol (ça va rester ça!) (où l'art de faire rire en début d'article sérieux, j'applaudis!)

    Moi j'ai une proposition.
    En cas de crise de panique aiguë, je t'envoie Guy te pousser la chansonnette! Non ? Vraiment ?
    Et bien tu peux (comme bcp t'ont proposé) m'écrire!!
    Je t'enverrai des vidéos de Max qui chante, de Max en costume, de Max qui dit "ouais gros" 😀
    Tout un programme.
    Alléchant en plus. Je sais, je sais.

    Bisoussss Caronou <3

    • Non mais le « ouais gros » c’est à cause de toi et Max, je ne le disais jamais avant 😛

      Hiiiiiii je vote pour le programme « Max contre les attaques de panique » loooool

  7. Hello!
    Personne ne peut comprendre ce qu’on peut vivre dans ces cas là, mis à part un bon psy, qui voit ce genre de cas plusieurs fois par jours, et qui lui même s’allonge sur le divan chaque semaine.
    J’ai vécu ce que tu racontes là il y a quelques années: l’horreur. Et comme tu dis, personne qui ne comprend, solitude totale. Je précise que moi même, je ne me comprenais pas.
    Je suis tombée sur une psychanalyste formidable, qui m’a amenée à aller mieux par la parole, analyser mes angoisses, comprendre leur sens. Elles disent l’insupportable que l’on n’arrive pas à nommer.
    Je pense que l’on peut guérir complètement de cette maladie, à condition de décider qu’on va se mettre à nu, que parfois on dira des choses insoutenables, et se libérer de tout ce qui nous a emmerdé!
    C’est long, douloureux , mais je pense que l’on peut finir par trouver la paix.
    C’est en tout cas génial que tu en parles ici, parce que dans ces moments là, on a l’impression d’être la seule folle dingue au monde!
    Bisous ma belle!

    • Oui, c’est pour ça que j’ai décidé d’en parler, je me dis que si au moins une seule personne dans le même cas que moi tombe sur mes billets et se sent un peu moins seule, alors j’aurais servi à quelque chose 🙂

      Honnêtement, je ne suis pas sûre de pouvoir un jour guérir totalement, je m’y suis prise trop tard pour me faire suivre. Mais le but du jeu, c’est d’arriver à aller aussi bien que possible !

      Merci beaucoup de ton passage, Anahita 🙂

  8. Non, non, non: il n’est jamais trop tard pour renaître, et sortir de l’état de mort vivant.
    J’en suis persuadée, courage ma jolie.
    (et au passage, qu’est-ce que tu écris bien, je lis tes billets d’une traite).
    Bises

    • Oooooh merciiiii

      Je suppose qu’il n’est jamais trop tard en effet 🙂 Je ne sais pas, parfois je me dis que je vais y arriver, et il y a des périodes, parfois longues, où ça va plutôt bien. Cela dit, depuis 4 ans, ces périodes se font rares ^^ En ce moment, je suis plutôt en période  » je ne vais jamais y arriver et je vais finir dans une cellule capitonnée  » 😛

      Mais bon ça finira par passer, comme tout le reste ^^

      Merci pour tes mots en tout cas ! <3

  9. Bienvenue au club de plus en plus open des phobiques administratifs !! J’en fais partie, je me suis même déjà auto-mise dans la merde pour ça !!!
    En même temps, le monde actuel n’est pas du tout adapté à nous, au contraire j’ai l’impression que c’est de pire en pire: c’est plus la démocratie ici, c’est devenue la papiers-cratie !!!

    • Oui depuis cette histoire avec le député, j’ai l’impression que les gens n’hésitent plus à dire que si, la phobie administrative ça existe bel et bien ! Et m’en parle pas, moi aussi j’ai souvent des problèmes à cause de ça :mrgreen:

      La papiers-cratie mais c’est trop ça 😛

Dites un truc chouette, un truc à paillettes, un truc qui fait des claquettes ou même un truc qui n'a ni queue ni tête :-)