Une photo, quelques mots # 8 : L’art du texto

Toutes les semaines, Leiloona du blog Bricabook nous propose un petit atelier d’écriture basé sur le principe suivant : une photo à partir de laquelle on doit inventer une histoire.

lart-du-texto-jeune-fille-envoyant-un-texto-une-photo-quelques-mots

Bonsoir Paul. Je suis juste en b…

Hou là. Stop. Non mais d’où il sort ce « bonsoir » ?! On dirait un des messages que Maman m’envoie quand je suis chez Papa : Bonsoir ma chérie, as-tu passé une bonne journée ? J’ose espérer que ton père t’a préparé un dîner décent et ne s’est pas une fois de plus contenté de commander une pizza ou de prendre des plats à emporter. Si tu te retrouves avec un ulcère de l’estomac avant l’âge de vingt ans, dis-lui que je me ferai une joie de lui coller un procès pour mauvais traitements. Je te souhaite une bonne soirée. A demain, je t’embrasse fort. Maman.

Ma mère formule ses textos comme si elle écrivait au Président de la République. Ma mère est impossible. Ma mère est surtout prof de lettres.

Salut Paul. Salut Paul ! Non, trop ringard. Coucou Paul. Coucou Paul ! Pff, on dirait une gamine de cinq ans. Coucou Paul, tu veux venir à ma maison jouer avec moi ? Ma maman a dit oui si ta maman dit oui ! Groumph. Hey Paul ! Hey Paul. Mouais. Ça fait soit super cool, soit hyper prétentieux. Surtout que ça fait penser à Hey Girl, ce meme  autour de Ryan Gosling qu’on voit partout sur Internet. Hey boy, wanna go out for a drink ? Okaaaaaaay. Laisse tomber le hey.

D’accord mais je mets quoi, alors ? Hello ? Hello Paul ! Hello Paul. C’est pas mal, hello. Mieux que tout le reste en tout cas. Bon allons-y pour hello. Et je bazarde le point d’exclamation, ça fait hystéro.

Hello Paul. Je suis juste en bas de chez toi et je me demandais si…

Minute, gros dindon. Je ne peux pas lui dire que je suis devant chez lui vu que je ne suis pas censée savoir où il habite. Il ne m’a jamais donné son adresse. Si j’ai son numéro de portable c’est parce qu’en début d’année on a tous inscrit notre téléphone sur une liste dont chaque élève de notre classe possède une copie, « au cas où vous auriez besoin de vous joindre les uns les autres », dixit notre prof principale (résultat, certaines de mes camarades ont reçu des photos… disons anatomiquement intéressantes de la part de Robin, alias le pervers du lycée, qui triplait sa terminale. Il a été exclu du bahut et a failli être condamné pour attentat à la pudeur). Donc ça va, ça ne fait pas psychopathe qui a menacé ses potes pour leur extorquer son numéro. En revanche le coup de j’ai-cherché-ton-adresse-dans-l’annuaire-et-maintenant-je-suis-plantée-devant-ton-immeuble fait grave harceleuse. Sur une échelle de 1 à Glenn Close dans Liaison Fatale ça se situe au niveau de si-tu-ne-sors-pas-prendre-un-verre-avec-moi-il-va-arriver-des-bricoles-au-lapin-de-ta-petite-sœur. Non seulement il va m’envoyer bouler mais de plus il va probablement appeler la police. Je serai envoyée en prison, Maman fera une dépression, elle se mettra à picoler, se tapera la moitié de ses étudiants et finira par se faire renvoyer de l’université. Ou pire, elle se remettra avec Papa.

Flûuuuuuute. J’ai l’air maligne maintenant, à m’être précipitée sous les fenêtres de Paul sans réfléchir plus loin que le bout de mon nez, sous prétexte que j’ai enfin trouvé le courage de l’inviter !

Bon. Pas de panique. Voyons voir, c’est quoi le café le plus proche d’ici ? Ah ça doit être Le ‘Tit Bonheur. Correct, même s’il est tenu par le frère aîné de Robin qui n’a rien à envier au côté gros vicieux de son cadet (j’ai un jour commis l’erreur de lui demander d’où venait le nom de son établissement et il m’a dit qu’au départ il voulait l’appeler Tits & BonersTit est un terme familier pour désigner un sein et boner… well, vous n’avez qu’à consulter Google. Et ne me regardez pas comme ça, je fais option anglais renforcé !). Bon, allons-y. Mais je resterai devant, pas question d’y entrer tant que je ne suis pas certaine que Paul va venir.

Hello Paul. Je suis au ‘Tit Bonheur…

Attends, qu’est-ce que je suis censée fabriquer là-bas toute seule ? Il va s’imaginer que j’aime traîner dans les bars pour me faire draguer par des mecs qui ont trois fois mon âge.

Hello Paul. Je suis au ‘Tit Bonheur et l’amie qui m’accompagnait a dû partir plus tôt que prévu, du coup je me demandais si ça te dirait de venir prendre un verre avec moi ?

Non, non et non. D’une, on dirait que j’ai besoin d’un bouche-trou. De deux, pourquoi est-ce que je ne suis pas également rentrée chez moi ? De trois, faut pas que je me demande, ça fait la nana pas sûre d’elle.

Ah et puis zut. J’en ai marre. Ça fait presque une heure que je suis dehors et je commence sérieusement à me cailler le popotin.

Hello Paul. Je suis au ‘Tit Bonheur, ça te dit de venir prendre un verre avec moi ?

Mayday, mayday, mayday. Mais qu’est-ce que je viens de faire ? Je ne pouvais pas rester tranquillement assise sur mon canapé à regarder Les Ch’tis à Débiland ? Maman dirait que je viens de brûler mes vaisseaux. Tant pis. Au moins si Paul dit non, je serai fixée et je pourrai arrêter de soupirer après lui comme la dernière des… Il a répondu ! Oh là là ! Respire. Res-pi-reuh.

Hey ! (Hey ? Il se prend pour Ryan Gosling ou quoi ? J’avais raison de ne pas le mettre, ça fait grave prétentieux). Merci pour l’invit’ mais je ne sais pas de qui vient ce texto !

Suivi d’un smiley à l’air perplexe et d’un autre qui rigole.

Aaaaaaah. La nuuuuuuulle. J’ai pas signé mon texto ! Mais quelle dinde décérébrée je fais ! Et maintenant ? Je ne peux pas lui répondre « Heu, ben, c’est Bérénice (ne vous marrez pas, j’ai échappé de peu à Chimène et à Andromaque) tu sais la rouquine (oui, je cumule) de ta classe à qui tu as demandé l’heure une fois et qui n’est visiblement pas assez bien pour toi pour que tu aies son numéro dans ton répertoire  » , ce serait trop pathétique. Et si je me la jouais mystérieuse ? Genre : Surprise, beau gosse. Amène ton joli fessier musclé par ici et viens déballer (ou plutôt emballer, hihi) le paquet-cadeau qui t’attend !

Beurk. Voilà pourquoi ma vie sentimentale ressemble à une cage de plongée pleine de touristes en mal de sensations après qu’un requin blanc ait réussi à y entrer (Maman dit qu’il faut que je me calme avec les métaphores capillotractées mais j’aime bien celle-ci) (au cas où vous n’auriez pas compris, ça signifie que c’est un carnage) : je ne suis pas douée pour le flirt. D’ailleurs si Paul venait, qu’est-ce que je lui dirais, hein ? C’est peut-être mieux comme ça après tout. Qu’est-ce qui m’a pris de lui envoyer ce message ? Je dois avoir de la fièvre. C’est sûrement ça. Je vais rentrer chez moi, prendre un Advil et faire comme si je n’avais jamais envoyé ce texto. Paul ne saura jamais que c’était moi et… Aaaaaaaah. La liste ! Et s’il avait l’idée de regarder sur la liste de numéros des élèves de notre classe et découvrait que c’est moi l’auteur de ce message ?

Oh purée. Oh là là. Oh la honte. J’ai envie de m’asseoir sur le trottoir et de me mettre à pleurer. Ce que je ferais sûrement s’il ne faisait pas environ moins quinze et si ce type super louche n’était pas en train de me reluquer. A ta place, je ferais gaffe mon gars, j’ai un spray au poivre dans mon sac et une mère procédurière à la maison.

Je ne pourrais plus regarder Paul dans les yeux. Bon en fait, je ne peux déjà pas. Disons que je ne pourrais plus aller au lycée. Surtout s’il montre mon texto à toute la classe. Oh mon dieu. Paie ton humiliation. Je vais peut-être laisser le type louche me découper en rondelles, finalement. Ou prier pour avoir réellement de la fièvre et d’être en train de mourir de la typhoïde. Ou aller faire du shark diving en Afrique du Sud en espérant croiser le requin de ma métaphore. Ou alors… Mais oui !

C’est Bérénice, du lycée. Désolée, c’est une erreur, j’ai deux Paul dans mon répertoire ! Navrée de t’avoir dérangé, je te souhaite une bonne soirée.

Et s’il me demande pourquoi j’ai son numéro dans mon téléphone, je lui dirai que c’est parce que j’ai enregistré toute la liste dans mon répertoire. Ouf ! Sauvée.

Ah tiens, il m’a répondu.

Hey Bérénice (faut vraiment qu’il arrête avec son hey) ! Dommage que je ne sois pas le bon Paul (smiley triste), parce que je serais volontiers venu boire un verre avec toi !

WAIT, WHAAAAAAAT ?!!

 

34 réflexions au sujet de « Une photo, quelques mots # 8 : L’art du texto »

  1. J’adore! Ton texte est plein de fraîcheur!
    J’ai beaucoup ri!
    C’est tellement vrai; en plus, qu’on se triture l’esprit à choisir le moindre mot d’un malheureux sms.
    On a envie de savoir s’ils le boivent, ce verre, du coup…

  2. Alors là, j’adore !!! Et je suis ravie de ne plus être une ado, quand j’y pense. Qu’est-ce qu’on est nouille à cet âge. Parce que bien sûr, maintenant, je suis plus adroite, ahum…

    • Merci Stéphie ! Bien contente également de ne plus être une ado… mais je n’en suis effectivement pas plus douée pour autant en la matière ! Irrécupérable 😀

  3. Bravo ! Aurais-tu été une jeune fille, toi, des fois ? 😛
    Qu’est-ce qu’on peut se triturer les méninges pour un simple sms, quand même. 🙂
    Ton texte m’a fait sourire à plusieurs reprises – merci !

  4. Le suspens est très bien conduit. On ne lâche pas. On veut savoir s’ils vont ou non boire ce verre. Même si ce texte est proche de l’adolescence, il observe finement le début d’une relation. A n’importe quel âge, il n’est pas facile de nouer les premiers liens.

    • Merci Cleo 🙂

      Clair que ce n’est jamais évident ! Mais adulte, le regard des autres importe moins. Quand on est ado, tout prend des proportions démesurées 😛

    • Merci Paikanne 🙂

      J’ai eu mon premier tél portable à 20 ans, donc je n’ai pas eu ce genre de dilemme ado mais même maintenant, selon les personnes, il m’arrive de ne pas savoir comment débuter un texto ^^

  5. Oh, non ! J’aurais bien aimé une fin à l’eau de rose, moi ! Bon, ok, il faudrait que j’arrête avec mon côté fleur bleue mais je ne peux pas m’en empêcher.

  6. OK là tu m’as fait rire à pleine gorge (mon chat s’est subitement demandé s’il fallait me faire du bouche à bouche je crois !) ! J’a-do-re !!!!! (je rigole même encore en écrivant mon commentaire c’est te dire !)
    Sur une échelle de 1 à Glenn Close dans Liaison Fatalae …. pffffff ahahaha
    Ton texte était super long et ça c’était chouette car je ne voulais pas qu’il termine ! En soit l’intrigue est banale mais tu as su la rendre attractive jusqu’à l’oublier devant tant de drôlerie ! Bravo !

    • Oh là là, merci Jul 🙂 (et lol pour ton chat)

      Mouahaha, ça se voit que la scène du lapin dans Liaison Fatale m’a traumatisée ? 😀

      Et oui mon texte est un peu long, c’est un de mes défauts, j’ai du mal à faire court ^^
      Mais je suis ravie de t’avoir fait rire !

  7. J’ai adoré ! et beaucoup ri.
    Comment ne pas se reconnaitre dans le fait de mettre une heure avant trouver quoi dire, et attendre fébrilement la réponse !!! 🙂
    Mais non c’est sympa le Hey 😀 elle est dure !
    Moi je suis sûre qu’ils vont finir par le boire, ce verre !!!
    Y’a intérêt !

    • Merci ma Cess 🙂

      Pour le verre, eh bien Bérénice est coincée par son mensonge alors il va falloir que Mr Hey se creuse les méninges pour supplanter le faux Paul 😀

Dites un truc chouette, un truc à paillettes, un truc qui fait des claquettes ou même un truc qui n'a ni queue ni tête :-)