The Monuments Men & Saving Mr Banks

Je me rends compte que plus le temps passe, moins je vais au ciné. Cette année, je n’y suis pas encore allée et l’an dernier je n’y suis allée que 3 fois (La famille Bélier, Jupiter Ascending – pour lequel on m’a traînée et auquel je n’ai rien compris ^^ – et Jurassic World). En 2014, j’y étais allée 4 fois pour I, Frankenstein (mouhahaha), RoboCop (c’était mieux avant), The Monuments Men et Saving Mr Banks : c’est justement de ces deux derniers films (initialement chroniqués en 2014 sur la V2 du blog) dont je vais vous parler dans ce billet.

Scène extraite de The Monuments Men

The Monuments Men – George Clooney (2014). Inspirée de faits réels, l’histoire de ce film me bottait bien : en 1944, le gouvernement américain constitue un groupe d’experts en art qu’il envoie en Europe au moment du débarquement en Normandie afin qu’ils récupèrent les œuvres d’art volées par les Nazis. Une période rebattue abordée sous un angle original ? J’ai dit oui. Avec Matt Damon, Cate Blanchett, John Goodman, Bill Murray, Hugh Bonneville et George Clooney ? J’ai d’autant plus dit oui ! Avec ledit George Clooney à la réalisation ? Là encore, j’ai dit oui : n’ayant alors vu aucun des films qu’il a mis en scène, j’étais curieuse de voir ce qu’il donnait en tant que réalisateur.

Malheureusement, je suis ressortie de la séance en faisant non, non, non (♫ C’est une poupée… ♫ 😛 ) ! Je ne sais pas ce que valent les précédentes réalisations de Clooney mais celle-ci est loupée. Pour commencer, le sujet est très mal exploité et manque cruellement d’une dimension épique : on dirait une bande de potes qui se baladent à travers l’Europe dévastée en jouant à la chasse au trésor, le tout en tirant de temps en temps sur de vilains Allemands. Certes, c’est drôle et quelques répliques m’ont d’ailleurs fait éclater de rire (comme le commentaire  « Everyone’s favorite dictator » devant une photo d’Hitler), mais le problème c’est que cette humeur potache éclipse la tension dramatique des moments qui sont censés être poignants – il n’y a aucun équilibre entre humour et émotion.

Ensuite la direction d’acteurs est catastrophique, ce qui est quand même un exploit dans le genre avec un tel casting. Tous sont sous-exploités et aucun n’est vraiment bon – je crois même que c’est la première fois que je trouve Cate Blanchett médiocre, c’est vous dire ! Quant à Clooney lui-même, qui se dirigeait donc tout seul, eh bien il se la joue cool. Comme dans 90% de ses rôles. Pourtant, quand il veut, il est excellent, comme dans The Descendants  je l’ai trouvé fabuleux. Mais dans The Monuments Men, c’est Clooney en mode feignasse et ça m’agace !

Enfin, le rythme du film est affreusement inégal, et j’ai cru que j’allais périr d’ennui durant la dernière demi-heure tellement elle est longue. Une grosse déception que ce Monuments Men pour moi, donc. Dommage parce que le sujet était vraiment en or !

Tom Hanks et Emma Thompson dans Saving Mr Banks

Saving Mr Banks (Dans l’ombre de Mary) – John Lee Hancock (2013). Mary Poppins est l’un de mes films préférés depuis l’enfance. Il est adapté du roman éponyme de P.L Travers (plus exactement, du premier tome d’une série qui en compte huit) que je pensais avoir lu étant enfant… alors qu’en réalité j’ai seulement lu une novellisation du film : c’est en regardant Saving Mr Banks que je me suis aperçue de ma méprise 🙂 !

C’est justement l’histoire de cette adaptation que raconte ce film qui s’ouvre sur une P.L Travers (Emma Thompson) refusant catégoriquement de céder les droits de Mary Poppins à Walt Disney (Tom Hanks), qui les lui demande pourtant depuis vingt ans. Toutefois Travers est fauchée et son agent la supplie de laisser une chance à Disney : la voilà donc qui s’envole pour Los Angeles afin de travailler à un scénario en compagnie de collaborateurs de Disney. Problème : ils n’ont pas la même vision de Mary Poppins qu’elle !

J’ai adoré Saving Mr Banks. Emma Thompson est fantastique dans ce rôle de femme d’âge mûr hantée par son passé, qui s’accroche désespérément à son oeuvre comme à une bouée de survie, et qui m’a tour à tour beaucoup fait rire (elle est géniale lorsqu’elle sabote les séances de travail) et énormément émue (j’ai fini en larmes). On assiste non seulement à la genèse du film mais également à la genèse du roman de P.L Travers, par le biais de flashbacks retraçant son enfance en Australie, une enfance dont on voit à quel point elle a influencé la création de Mary Poppins. C’est drôle, émouvant, remarquablement interprété (même Colin Farrell, qui joue le père de Travers et que je ne supporte pas d’habitude, est pas mal dans ce film) et l’alternance entre passé et présent est remarquablement mise en scène.

Bref, à voir, surtout si vous êtes fan de Mary Poppins !

2 réflexions au sujet de « The Monuments Men & Saving Mr Banks »

    • Oui, c’est un très beau film. Et ce fut une bonne surprise parce que même si j’adore Tom et Emma (et Mary Poppins), je ne m’attendais pas à aimer autant 🙂

Dites un truc chouette, un truc à paillettes, un truc qui fait des claquettes ou même un truc qui n'a ni queue ni tête :-)