The Particular Sadness of Lemon Cake – Aimee Bender

Imaginez qu’en mangeant, vous puissiez ressentir les émotions des personnes qui ont préparé votre nourriture : c’est justement le pouvoir que se découvre Rose Edelstein, la narratrice de ce roman, alors qu’elle a 9 ans et qu’elle vient de mordre dans le gâteau au citron confectionné par sa maman.

(Cette chronique fut initialement publiée en 2013 sur la V1 du blog)

The Particular Sadness of Lemon Cake - Aimee Bender - Caro Bleue Violette

A partir de ce moment, Rose devient capable de dire d’où vient chacun des ingrédients des aliments qu’elle ingurgite ; et elle peut également ressentir ce que les gens qui les ont ramassés, fabriqués et conditionnés ont éprouvé en le faisant. Se nourrir commence alors à devenir un véritable calvaire pour la fillette : les repas les plus pénibles sont ceux préparés par sa mère, car ils lui apprennent sur cette dernière des choses que Rose aurait préféré ignorer.

Subtil mélange entre coming-of-age novel, chronique familiale et réalisme magique, The Particular Sadness of Lemon Cake (traduit en français sous le titre de La singulière tristesse du gâteau au citron) est un récit plutôt contemplatif à la narration déconcertante (il y a très peu de dialogues qui sont constitués de répliques courtes directement intégrées au récit), mais captivant et superbement écrit. On suit Rose de ses 9 ans à l’âge adulte, et on la regarde se débattre avec la difficulté de grandir en se sentant différente et isolée, ainsi qu’avec celle de devoir garder des secrets trop lourds pour elle. Même si elle vit au sein d’une famille aimante, Rose se sent seule : son père ne s’implique pas vraiment dans l’éducation de ses enfants, sa mère mène une double vie et son frère aîné est solitaire et de distant. De plus, comment se faire de véritables amis, comment tomber amoureuse, lorsqu’on peut percevoir exactement ce que les gens ressentent ?

Si Aimee Bender n’offre jamais de réelle explication au pouvoir de Rose, la fin du roman, émouvante et surprenante, permet néanmoins d’obtenir une réponse à presque toutes les questions que l’on a pu se poser. Mon seul grief contre The Particular Sadness of Lemon Cake est que je l’ai trouvé trop court : j’aurais aimé suivre Rose encore un peu plus longtemps. 

18 réflexions au sujet de « The Particular Sadness of Lemon Cake – Aimee Bender »

    • Il faut dire qu’il n’a pas fait beaucoup de bruit sur la blogo au moment de sa sortie en français.
      Et c’est bien dommage 🙂

  1. Rien que le titre de ce roman m’a intriguée, et après avoir lu ton descriptif je me dis qu’il faut que je coure l’acheter !!
    Merci pour cette belle découverte 😀
    Léa

    • Il faut lire le livre ! 🙂
      La révélation finale n’est pas spectaculaire (à l’image du roman, comme je le dis le récit est plutôt contemplatif) mais cela apporte certaines explications.

  2. Je ne connaissais pas du tout ce livre, en effet c’est très intéressant puisqu’on ne se rend pas du tout compte de tout le travail et de toutes les personnes qui sont à l’origine de ce que l’on mange. Merci pour la découverte !

    • C’est vrai qu’on ne pense jamais à cet aspect-là. Il m’arrive cependant de songer aux personnes qui ont cultivé les fruits et légumes que j’achète : par exemple, j’ai une pensée pour l’agricultrice de ma ville qui s’est lancée dans la patate douce chaque fois que j’achète ses produits parce que j’adore ça et que ça m’évite d’acheter des patates douces d’une provenance plus lointaine ^^

  3. Ça a l’air original comme histoire !!! Et c’est fruuuustrant un livre trop court, on veut rester encore dans l’ambiance !!! Et c’est bon signe ça veut dire qu’on a dévoré le bouquin !!!

    • C’est particulièrement frustrant quand le-la-les protagoniste-s sont attachant-e-s et que tu veux savoir ce qui leur arrive après !

  4. Coucou,

    Je ne connais pas du tout ce livre mais j’adore l’idée. ça me fait un peu penser à la série i-Zombie ou la nana ressent ce que ressentait les gens en mangeant leur cerveau (j’avoue que je ne le vends pas très bien). Je vais voir si je trouve ce roman lors de mon prochain passage à la bibliothèque.

    Des bisous

    Morgane

    • Ah je ne connais pas du tout cette série, du coup je suis allée voir le pitch : résoudre des crimes en mangeant le cerveau des défunts est une méthode policière assez originale ^^

      J’espère que The Particular Sadness te plaira si tu le lis 🙂

Dites un truc chouette, un truc à paillettes, un truc qui fait des claquettes ou même un truc qui n'a ni queue ni tête :-)