Une photo, quelques mots #10 : La vie en smartphone

Toutes les semaines, Leiloona du blog Bricabook nous propose un petit atelier d’écriture basé sur le principe suivant : une photo à partir de laquelle on doit inventer une histoire.

Ma dernière participation à l’atelier remontait à début 2015 ! Il était temps que je m’y remette 🙂 

plage-et-smartphone-une-photo-quelques-mots-10

♫ Quand il vibre au bout de mes doigts, qu’il m’annonce un message tout bas, je vois la vie en smartphoneuuuh ♫

Je sais ce que vous pensez.

Vous avez lu de nombreux articles à propos de la technologie qui est en train de tuer les rapports humains et vous êtes donc en train de vous dire quelque chose du style « oh non, comme si cela ne suffisait pas que les jeunes vivent scotchés à leur smartphone ! Si le troisième âge s’y met aussi, alors notre société est définitivement fichue » .

Ha ha ha. Laissez-moi deviner : vous êtes trentenaire, peut-être quadra, toujours très amoureux de votre partenaire et vous n’avez pas encore découvert qu’au sein d’un vieux couple, moins on communique, mieux on se porte. Mais ça viendra, ne vous en faites pas.

Imaginez. Vous êtes mariés depuis 30, 40 ou même 50 ans. Il y a longtemps que vous n’avez plus rien d’intéressant à vous raconter et cela fait déjà un bon moment que vous avez sauté sur le prétexte que l’autre ronfle comme un tricératops pour faire chambre à part. Vous supportez à peine de vous retrouver tous les deux seuls dans la même pièce et vous fantasmez de plus en plus sur la meilleure façon de vous débarrasser de votre conjoint, hésitant entre le divorce et le meurtre parce que vous ne parvenez pas à déterminer quel moyen engendrera le moins de tracas administratifs et de dépenses. C’est alors que vos enfants ont la bonne idée de vous offrir un smartphone à chacun et que vous découvrez, à votre plus grande joie, qu’il est à présent socialement acceptable de passer son temps à discuter avec le monde entier excepté avec la personne qui se trouve juste en face de vous. Vous n’êtes plus obligés d’accorder la moindre attention à l’autre, pas même durant les repas : vous pouvez d’ailleurs carrément lui texter de vous passer le sel si ça vous chante – ce qu’il fera sans même lever le nez de son propre téléphone.

C’est le bonheur. Vous ne pensez plus au divorce ni au meurtre, et la vie à deux redevient supportable.

Vous pensez que j’exagère ? Détrompez-vous. Depuis que notre fille nous a offert ces providentiels téléphones, je peux de nouveau faire de la pâtisserie sans être prise d’une irrésistible pulsion d’abattre le rouleau sur la tête de mon mari en train de hurler une fois de plus à l’adresse d’un candidat de Questions pour un champion qu’il est un sombre crétin : mon époux a désormais pris l’habitude de commenter l’émission par texto avec ses copains en marmonnant dans sa barbe. Je peux également partir en vacances au bord de la mer avec lui sans rêver qu’il soit victime d’une hydrocution ou se fasse dévorer par un requin car il passe toute la journée affalé dans son transat à jouer à des jeux sans m’adresser la parole : je pourrais m’envoyer en l’air à ses pieds avec l’un des sauveteurs musclés qui surveillent notre plage qu’il ne s’en rendrait pas compte, tant il est absorbé par le fait de tuer des oiseaux en leur balançant des cochons furibards dessus. Ou l’inverse, je ne sais plus, je ne m’intéresse pas aux jeux sur smartphone. Le mien me sert à enquiquiner mes enfants, échanger les derniers potins avec mes copines et écrire un roman.

Oui, parfaitement, je suis en train d’écrire un livre : il paraît que c’est à la mode de les rédiger sur son téléphone. Il s’agit d’un mélange de romance érotique et de thriller dans lequel une femme d’âge mûr, après avoir tué son époux à l’aide d’un rouleau à pâtisserie et transformé son corps en pains de viande généreusement distribués à ses voisins, part s’installer au bord de la mer où elle rencontre un jeune et beau sauveteur qui tombe fou amoureux d’elle malgré leurs 30 ans d’écart – mais leur histoire est menacée par le séduisant lieutenant de police qui mène l’enquête sur la disparition du mari de mon héroïne… héroïne pour laquelle il éprouve par ailleurs une forte attirance.

Je vous le dis, non seulement le smartphone sauve des mariages mais également des vies. La preuve c’est que mon pain de viande humaine personnel respire toujours tandis que je le trompe uniquement en imagination sur écran tactile.

12 réflexions au sujet de « Une photo, quelques mots #10 : La vie en smartphone »

  1. MDR 😀
    Ceci étant dit, mes parents sont mariés depuis 40 ans et n’ont jamais eu autant de choses à se dire, je m’insurge donc contre le cynisme de ton héroïne… Encore que, c’est vrai, le smartphone cimente leur couple: ils sont deux pour tenter de comprendre comment ça marche, et ils se marrent bien.

    • Looool. Les parents et la technologie c’est fantastique ! Ma mère envoie souvent des emails vides, par exemple et te soutient ensuite que si, bien sûr, qu’elle a écrit dedans 😛

      Passer 40 ans ensemble et avoir toujours des choses à se dire c’est beau n’empêche. Et terrifiant pour quelqu’un comme moi : au bout de 3 semaines je ne peux déjà plus me voir le gars en peinture alors 40 ans…brrrrr XD
      Voilà pourquoi mon héroïne est cynique, je le suis moi-même ^^ (puis soyons lucide, aucun mec ne me supportera pendant 40 piges 😛 )

Dites un truc chouette, un truc à paillettes, un truc qui fait des claquettes ou même un truc qui n'a ni queue ni tête :-)