Une photo, quelques mots # 3 : Ça flotte le polyuréthane ?

Toutes les semaines, Leiloona du blog Bricabook nous propose un petit atelier d’écriture basé sur le principe suivant : une photo à partir de laquelle on doit inventer une histoire.

polyuréthane

©Kot

Excusez-moiPardonExcusez-moi. Allons, poussez-vous les gens, c’est moi ou ils avancent tous vraiment lentement ce matin ? PardonPardonOh là là, Madame, excusez-moi, je suis vraiment désolée ! Punaise, encore un peu et je la tuais, comme si je n’avais déjà pas assez d’ennuis comme ça ! Je me vois bien au tribunal en train d’expliquer que « vous comprenez, j’étais très en retard à mon travail alors je courais et la hanche gauche de mon costume a percuté la victime et l’a envoyé valdinguer en bas des escaliers, c’était un accident, Votre Honneur ! ».

Ah non c’est vrai, on ne dit pas « Votre Honneur » en France, on dit « Monsieur ou Madame le Juge ». Voilà ce que c’est de regarder des séries américaines judiciaires jusqu’à tard dans la nuit, après on n’entend pas son réveil sonner et dans la panique de se faire virer, on a de fausses bonnes idées du genre enfiler directement son fatsuit, histoire de ne pas perdre encore plus de temps une fois arrivée au studio…en oubliant complètement qu’on n’avait absolument pas le droit de sortir ledit fatsuit dudit studio et qu’on était donc censée l’y rapporter discrètement ! Maintenant, non seulement je suis à la bourre mais en plus je vais être prise en flagrant délit d’infraction au règlement de la production.

Excusez-moiPardonExcusez-moi. Mais laissez-moi passer, purée, vous ne voyez pas que je suis pressée, vous voulez que je me fasse renvoyer ou quoi ? Remarquez, ça n’a pas d’importance parce que je vais réellement me faire virer, alors…Aussi, qu’est-ce qui m’a pris de vouloir à tout prix me grimer en Winston Churchill pour la soirée d’Halloween de Julia, hein ?! Je ne pouvais pas me déguiser en infirmière coquine ou en chat sexy comme toutes les autres nanas ? Ou même en citrouille-pouf, comme dans How I Met Your Mother !

Pardon, pardon, pardon ! Ah, enfin arrivée sur le quai, on va essayer de ne pas expédier quelqu’un sur la voie d’un autre coup de hanche mal placé. « Une psychopathe tente de tuer une vieille dame en manquant de lui faire dégringoler les escaliers du métro puis, probablement frustrée que sa première tentative de meurtre ait échoué, pousse un autre usager sous une rame ». Mouahaha. Au moins, en prison, on est nourri et logé, et on n’a plus à s’inquiéter d’avoir fait ou non le nombre d’heures requis…

A propos d’heure, quelle heure est-il ? Oh là là, le temps que je parvienne au studio, j’en aurai presque trois de retard. Et pour couronner le tout, j’ai oublié mon téléphone à la maison, je ne peux même pas les appeler pour leur dire que j’arrive. Je savais que j’aurais dû le faire avant de partir ! Là c’est sûr et certain que je vais perdre le job, ils vont me dire qu’ils me sucrent le rôle et je n’aurais plus qu’à aller me jeter dans la Seine, parce que j’ai déjà deux loyers et des tas de factures en souffrance, et que je suis une comédienne ratée. Je parie qu’avec ce costume (parce qu’il n’est pas question que je le leur rende, après tout si je me fais virer à cause de lui, autant le garder) je coule tout droit au fond !

Enfin je crois, en quoi il est fait déjà, en polyuréthane ? Ҫa flotte le polyuréthane ? Mouarf, essayez de dire ça dix fois très vite : ça flotte le polyuréthane, ça flotte le polyuréthane, ça flotte le polyuréthane…Qu’est-ce qu’elle a, celle-là, à me regarder comme si je venais tout juste de m’échapper de Sainte-Anne ? Vous savez si ça flotte, vous, le polyuréthane, Madame ? Non ? Alors poussez-vous et laissez-moi monter dans la rame, je suis pressée !

 

20 réflexions au sujet de « Une photo, quelques mots # 3 : Ça flotte le polyuréthane ? »

  1. J’ai bien aimé ce scribouillage et je me demande où tu trouves l’inspiration parce que moi quand j’ai regardé la photo mercredi ça m’a presque paniquée tellement ça ne me parlait pas !! ah ah
    Sinon j’ai beau être anglophone et anglophile mais je ne sais pas ce qu’est un FATSUIT??? Parce que je ne suis pas sûre que la traduction littérale m’offre une définition juste.

    • Haha, je n’en ai pas la moindre idée moi-même, ça vient tout seul, je crois que j’ai simplement une imagination débordante et déréglée qui ne s’arrête jamais 🙂

      Il n’existe effectivement pas de traduction pour « fatsuit », c’est pour ça que je l’ai laissé tel quel, mais tu as raison, j’aurais peut-être dû préciser la définition ! Du coup je le fais ici : un « fatsuit » c’est un costume grossissant que les acteurs portent lorsqu’ils doivent jouer une personne en surpoids, une sorte de combinaison couleur chair rembourrée.

  2. Que de dynamisme, dans ce texte ! Et j’allais poser la même question que Charlie; la réponse m’explique l’hyper-dynamisme malgré la silhouette de la photo (surtout qu’un costume grossissant en polyuréthane, ça doit peser lourd !)

    • Je pense que bien qu’étant encombrée par son costume, ma narratrice flippe tellement à l’idée d’être virée que la peur lui donne des ailes 🙂 Et oui, je suppose que ça pèse pas mal le polyuréthane mais après tout on n’est pas sûr que ce soit bien la matière de son fatsuit…Mystère, mystère 😛

  3. Très rigolo! Moi aussi, cette photo ne m’inspirait pas; et puis j’ai mélangé plusieurs témoignages, je viens de les écrire et éditer chez Leïloona.

    • Merci 🙂 Et oui, c’est pour ça que j’aime beaucoup cet atelier, c’est génial de lire les différentes interprétations des participants, de voir la façon dont elles diffèrent, mais aussi parfois dont elles se rejoignent !

  4. EXCELLENT
    Je me suis creusée les méninges avant de comprendre, superbe idée et la pauvre elle va flotter c’est sûr c’est tout léger cette matière, mais toi tu ne flottes pas tu nous éblouis.

Dites un truc chouette, un truc à paillettes, un truc qui fait des claquettes ou même un truc qui n'a ni queue ni tête :-)