Une photo, quelques mots # 5 : Moody Blary

Toutes les semaines, Leiloona du blog Bricabook nous propose un petit atelier d’écriture basé sur le principe suivant : une photo à partir de laquelle on doit inventer une histoire.

La photo de cette semaine ne m’inspirait pas vraiment et je n’avais donc pas prévu de participer. Mais la nuit dernière, j’ai rêvé d’une partie de ce dialogue, alors voilà…

Moody Blary

Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary…

– Non Coco, s’il te plaît ne le fais pas, ça me fait trop peur !

– On doit le répéter combien de fois ?

– Oh Marion, arrête un peu de faire ta poule mouillée, c’est juste un jeu !

– Treize fois, Mathieu, Cora l’a expliqué tout à l’heure. Si tu décrochais de ton jeu débile de temps en temps, tu serais peut-être plus au courant de ce qui se passe autour de toi !

– Mais Coco, Romain a dit que si la vilaine dame apparaît, elle va t’arracher les yeux !

– Ah bon ? Elle n’est pas censée vous scalper le visage ?

– Le verbe scalper s’emploie pour le cuir chevelu, Cédric, pas pour le visage.

– Oh merci beaucoup, Miss Je-Sais-Tout, qu’est-ce qu’on ferait sans toi ?

– Si vous pouviez vous taire deux minutes, merci ! Bloody Mary, Bloody Mary, Bloo…

– En fait ce que j’ai dit, c’est que Bloody Mary allait t’arracher les yeux, te – attention Ophélie, bouche-toi les oreilles – scalper la figure et t’entraîner avec elle dans le miroir.

– Oh non ! Ne le fais pas, Coco, je ne veux pas que la vilaine dame te prenne !

– Mais arrêtez, bande d’imbéciles, vous ne voyez pas que vous terrorisez la petite ?

– T’en fais pas, Marionette, les jumeaux racontent n’importe quoi. Bloody Mary ne va pas blesser Cora ni l’emmener avec elle.

– Non ?

– Non. Elle va sortir de la glace et entrer en Cora pour la posséder. Ta sœur va devenir très laide et commencer à insulter tout le monde en araméen, tout en faisant tourner sa tête à 180 degrés !

– Ah c’est malin, Maya, tu as réussi à la faire pleurer, tu ne vaux pas mieux que tes frères ! Viens ici choupette, ne t’inquiète pas, ils racontent ça pour te faire peur !

– Sérieusement, si vous ne la bouclez pas, c’est moi qui vais vous retourner la tête à 180 degrés ! A cause de vous, j’ai perdu le compte.

– De toute façon, il faut le dire treize fois de suite donc tu dois recommencer au début.

– Bon alors, fermez-la ! Et cesse de brailler, Marion, tu es ridicule, tu as dix ans maintenant, tu n’es plus un bébé. Allez, c’est reparti, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary…

– C’est quoi l’araméen ?

– Mathieu, tais-toi, si tu ne veux pas te retrouver avec la tête devant-derrière !

– Non mais franchement. Je me demande ce que j’ai bien pu faire dans une autre vie pour me retrouver avec un frère pareil dans celle-ci. Si tu passais un peu moins de temps à tuer des cochons à l’aide de piafs psychopathes peut-être que tu saurais que l’araméen est la langue que parlait Jésus-Christ. Et Maya faisait référence au film L’Exorciste, bien que la fillette possédée dont il y est question ne parle jamais en araméen.

– Haha, après la leçon de vocabulaire, voici le cours magistral combiné linguistique/cinéma… Merci Wikiphélia !

– VOS GUEUUUUUUUUUUUUULES !

–  …

– Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary !

–  …

– Cora, je crois que ton truc ne fonctionne pas.

– Non mais évidemment que ça ne marche pas, vous ne vous attendiez tout de même pas à ce que quelque chose apparaisse vraiment dans le miroir, si ?

– Ben au moins ça aurait mis un peu d’ambiance. Parce que là on ne va pas tarder à décéder d’ennui ! La prochaine fois que l’un d’entre nous voudra jouer à Bloody Mary, autant que ce soit un jeu à boire avec le cocktail du même nom.

– Bonne idée, frangin, on n’a qu’à faire ça ! On a du jus de tomate et je suis sûr que les parents planquent une bouteille de vodka quelque part. On peut même faire un Virgin Mary pour que Marion puisse jouer aussi !

– Je peux avoir de la grenadine à la place ?

– De la grenadine dans un Bloody Mary ? En voilà une hérésie ! 

– Elle a dix ans, Romain.

– Et de la sauce Worcestershire, vous en avez ?

– De la quoi ?

– De la sauce Worcestershire, Cédric. C’est l’un des composants essentiels du Bloody Mary.

– C’est quoi une hérésie ?

– Experte en vocabulaire, langues mortes, cinéma et cocktails ! Dis-donc Wikiphélia, tu sais que tu commences à me plaire, toi ? Si tu n’étais pas ma cousine, je t’inviterais bien à aller faire une petite balade au clair de lune dans la colline, là tout de suite.

– Ha ! Si tu n’étais pas mon cousin, il faudrait me payer cher pour que je supporte tes manières de pervers.

– Et vlan ! Mange-toi ça, Rom !

– C’est quoi un pervers ?

– Comment, tu ne voudrais pas de moi ? Ah Wikiphélia, tu me fends le cœur ! A toi, elle ne te fait rien, frangin ? Parce qu’à moi elle me fend le cœur !

– Mathieu, tu n’as qu’à consulter un dico en ligne. Et un pervers, ma puce, c’est un méchant monsieur à l’air bizarre qu’il ne faut surtout pas suivre. Si tu veux savoir à quoi ça ressemble, observe bien Romain.

– Haha sœurette, très spirituel !

– La célèbre partie de cartes dans Marius, de Marcel Pagnol. Si tu veux me coller, cousin, va falloir faire plus d’efforts que ça ! Quant à toi Mathieu, si tu t’apprêtes à demander qui est Marcel Pagnol, je te suggère de vite refermer la bouche si tu ne veux pas que je te fasse manger ton smartphone !

– Ah, les joies de la gémellité mixte, je te plains mon pote ! Je suis bien content qu’on soit deux mecs, pas vrai Céd ?

– Tu l’as dit, frangin !

– Bon le poulailler, arrêtez un peu de piailler, je vais refaire un essai.

– Quoi, encore ? Mais ça ne sert à rien !

– Si encore on filmait ça pour le mettre sur Youtube ensuite…

– Pour montrer quoi ? Cora en train de faire mumuse devant une glace ?

– Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary, Bloody Mary !

–  …

– Aaaaaaaaargh ! Vous avez entendu ça ? Quelqu’un a frappé un coup !

– Romain, arrête tes idioties.

– Mais ce n’est pas moi ! Et ça ne vient pas du miroir de Cora mais de la fenêtre !

– Oh mon dieu, il a raison, regardez il y a une ombre à la fenêtre !

– Où ça ? Je ne vois rien.

– Evidemment, le temps que tu lèves le nez de ton fichu téléphone !

– Elle n’y est plus. Ecoutez, on entend un bruit de pas.

– L’ombre se déplace. Elle va vers la porte !

– D’accord les gens, je ne sais pas vous, mais là je commence vraiment à flipper.

– Vous croyez que c’est elle ? Bloody Mary ?

– Mais arrêtez votre cirque ! Les fantômes n’existent pas, que je sache. En plus, Bloody Mary est censée apparaître dans le miroir, pas à la fenêtre de notre caba…aaaaaah putain ! 

– Mais qu’est-ce qui se passe ici ?! Et Ophélie, ne sois pas grossière je te prie. 

– Mamaaaaaaan !

– Bon sang Tante Ju, tu as failli expérimenter le meurtre de masse par crise cardiaque !

– Pourquoi vous êtes dans le noir ? Et Coralie, pourquoi est-ce que ta sœur est en larmes ? Si vous vous êtes encore amusés à effrayer la petite, ça va barder pour votre matricule ! Allez zou, sortez d’ici, de toute façon il est tard, Marion devrait dejà être au lit !

– Noooon Maman, je ne veux pas aller me coucher, j’ai peur que la vilaine dame vienne me chercher !

– La vilaine dame ?  Mais quelle vilaine dame ?

– Moody Blary !

4 réflexions au sujet de « Une photo, quelques mots # 5 : Moody Blary »

    • Haha fais attention, Bloody Mary vient chercher en priorité les gens qui n’aiment pas le cocktail qui porte son nom (tiens ça ferait une bonne histoire, ça) 😀 !

Dites un truc chouette, un truc à paillettes, un truc qui fait des claquettes ou même un truc qui n'a ni queue ni tête :-)