Un été YA # 1 : Life in Outer Space & autres livres

Livres lus en juillet et août 2015

Cet été, j’ai fait une petite cure de Young Adult contemporaine. Depuis que j’ai lu des romans comme The Sea of Tranquility de Katja Millay ou Jellicoe Road de Melina Marchetta, qui ont tous deux été d’immenses coups de cœur, c’est un genre que j’apprécie de plus en plus – alors qu’il y a quelques années, je ne jurais que par la YA fantastique ou dystopique, dont je suis pas mal revenue depuis.

Life in Outer Space / Life in Outer Space : La tête dans les étoiles (Melissa Keil) & Simon vs the Homo Sapiens Agenda ( Becky Albertalli)

J’ai entamé cette cure YA avec Life in Outer Space de Melissa Keil, lu sur le conseil de Cess des Lectures de Cécile (son avis ici). J’ai beaucoup aimé cette histoire dans laquelle on suit les péripéties de Sam, le narrateur, et sa bande de copains (Mike, Adrian et Allison), tous plus geeks les uns que les autres – ils m’ont d’ailleurs fait penser à la petite bande de The Big Bang Theory mais version ado (Sam tient beaucoup à sa petite routine et écrit un scénario de science-fiction intitulé Killer Cats from the Third Moon of Jupiter). Leur groupe va être chamboulé par l’arrivée de Camilla, nouvelle élève de leur lycée, qui devient le cinquième membre de leur bande.

Disons-le tout de suite, il ne se passe pas grand-chose dans ce récit : c’est simplement la chronique d’une année scolaire de cinq lycéens australiens. On suit cependant avec plaisir l’évolution de la relation entre Sam et Camilla, et on se demande quel secret Mike peut bien cacher. De plus, c’est fort bien écrit et c’est extrêmement drôle, Sam ayant un humour ravageur – bon nombre de ses répliques et réflexions ont déclenché mon hilarité (notamment une sur le crocodile-wrestling qui m’a valu un fou rire sur la plage : un monsieur qui essayait de faire la sieste à côté de moi m’a regardée d’un sale œil 😛 ). C’est également bourré de références pop culture, aspect que j’apprécie toujours (j’ai bien peur d’être moi-même une geek en fait :mrgreen: ). Enfin, mention spéciale aux titres de chapitres qui sont excellents (exemples : A sort-of dance scene with a dodgy Humphrey Bogart, The unforeseen consequences of eggplant casserole, When the theme music from Jaws is completely inadequate) !

Bref, si vous lisez l’anglais (edit avril 2017 : il est désormais disponible en français sous le titre de Life in Outer Space : La tête dans les étoiles), que vous aimez la YA contemporaine et que vous êtes vous aussi secrètement geek, Life in Outer Space est fait pour vous !

 

Simon vs The Homo Sapiens Agenda de Becky Albertalli. Autre roman lu sur la recommandation de Cess (son avis ici). Simon, le narrateur, est gay mais n’a pas encore fait son coming-out. Depuis quelques temps, il échange des mails avec Blue, un garçon de son lycée également gay dont il ne connaît pas la véritable identité (Blue ne sait pas non plus qui est Simon). Un jour, Martin, un de ses camarades de classe, tombe par accident sur les mails et en profite pour faire chanter Simon : soit ce dernier accepte d’aider Martin à séduire sa meilleure amie Abby, soit Martin révélera son homosexualité !

Il s’agit encore d’une chronique lycéenne où certes il ne se passe rien d’extraordinaire (tout l’enjeu consistant à déterminer qui se cache derrière le pseudonyme de Blue – ce qui est cela dit très amusant : j’ai suspecté le moindre garçon dont le nom était mentionné), mais qui est une fois de plus cute et couinante ; drôle et bien écrite ; avec des personnages aussi attachants qu’inénarrables – notamment les parents et les sœurs de Simon (gros big-up à la désopilante famille Spier).

En plus, Simon est fan d’Harry Potter et écoute Tegan & Sara. J’étais donc obligée de l’aimer 🙂 !

Dernier point, le roman a été traduit en français, mais une partie du texte a été tronquée, il est donc préférable de le lire en VO si c’est possible.

Every Breath (Ellie Marney) - Mad Love / Le jour où j'ai rencontré Cupidon (Suzanne Selfors)

De nouveau une recommandation de Cess (son avis ici) ! Every Breath, d’Ellie Marney, est une transposition moderne et YA de Sherlock Holmes, concept qui m’intriguait beaucoup.

Il y a quatre mois que Rachel Watts est arrivée à Melbourne : la ferme de ses parents a fait faillite et ceux-ci ont été contraints de la vendre et de partir s’installer en ville, au grand dam de leur fille qui se languit de sa campagne. Heureusement, Rachel s’est très vite fait des amis  : Mai, Gus et surtout l’énigmatique James Mycroft, son voisin, avec lequel elle entretient une amitié que l’on devine ambiguë.  Un soir, alors qu’ils apportent à manger à leur ami Dave, un SDF, ils le découvrent mort, la gorge tranchée. Les deux amis décident alors de mener l’enquête.

J’ai trouvé la transposition assez réussie, avec de nombreuses références, directes ou indirectes, à l’univers de Sherlock Holmes. J’ai aimé nos deux protagonistes : Mycroft, fantasque, obsessionnel et franchement tête à claques, mais très attachant (et assez couinant) dans son personnage de génie esseulé et écorché (ses parents sont morts dans un accident de voiture quand il était enfant et il vit avec une tante avec laquelle il ne s’entend pas) ; Rachel, intelligente et courageuse, parfois un peu agaçante à constamment se plaindre (et aussi souvent injuste envers ses parents), mais qui incarne un personnage féminin fort. Ces deux-là, qui s’appellent par leur nom de famille, m’ont plus fait penser à Mulder et Scully dans X-Files qu’à Holmes et Watson – ce qui n’est en soi guère étonnant, vu qu’il me semble bien que les personnages de Mulder et Scully sont eux-mêmes inspirés des héros de Conan Doyle. Quant à l’enquête, elle est plutôt prenante, même si la solution de l’énigme n’a rien de stupéfiant.

Every Breath est le premier tome d’une série qui en compte deux autres pour l’instant.

 

Mad Love – Suzanne Selfors. Alice, 16 ans, est la fille d’une célèbre auteure de romances, Belinda Amourous – Belinda qui est secrètement internée depuis quelques mois dans une institution psychiatrique. Problème : son éditeur réclame en urgence un nouveau livre et la menace de reprendre son avance. Alice, qui gère les affaires de sa mère en son absence, décide alors d’écrire le nouveau roman de Belinda à sa place. C’est à ce moment-là qu’elle rencontre Errol, un étrange garçon qui prétend être Cupidon et qui veut qu’Alice écrive son histoire d’amour avec Psyché.

De Suzanne Selfors, j’avais lu il y a quelques mois Coffehouse Angel que j’avais bien aimé. Je n’ai hélas pas autant apprécié Mad Love : certes l’histoire est mignonne (et l’utilisation de la mythologie sympa) et il y a une petite réflexion pertinente (mais qui n’est pas du tout poussée) sur la façon dont la maladie mentale est considérée ; cependant, il y a un certain manque de rythme dans le récit et j’ai fini par m’ennuyer. De plus, je n’ai jamais vraiment accroché avec Alice que j’ai trouvée fade ; les personnages secondaires qui gravitent autour d’elle sont bien plus intéressants.

 

Je conseille donc vivement Life in Outer Space et Simon vs the Homo Sapiens Agenda. Si vous êtes fan de Sherlock, vous pouvez tentez Every Breath. En revanche Mad Love (qui a été traduit en français sous le titre de Le jour où j’ai rencontré Cupidon) est dispensable – si vous voulez lire du Selfors, je recommande plutôt Coffeehouse Angel (Café Givré) !

15 réflexions au sujet de « Un été YA # 1 : Life in Outer Space & autres livres »

  1. Si je devais choisir un livre pour la couverture, je prendrais Mad Love (je suis une guimauve en vrai de vrai), mais pour le résumé je prendrais Life in Outer Space et Simon vs the Homo Sapiens Agenda!! Je me les note (je risque de passer commander très vite) 😀

    • Loool en fait j’ai aucun mérite, je lis en VO depuis le lycée, j’ai passé un bac spécialité anglais, et j’ai un master d’anglais 😛

      • Ahah si si c’est du mérite tout cela ^^
        Je me suis un peu éloignée de la YA ces dernières années, mais je compte y revenir petit à petit.
        Parmi les 4 présentés, je pencherai plus vers Life in Outer Space pour la référence à The Big Bang Theory 🙂

        • Moi c’est la YA fantastique/dystopique qui a fini par me taper sur le système (hormis deux ou trois sagas chouchous), à force les histoires sont redondantes. Actuellement, je trouve la contemporaine plus intéressante !

          Les personnages de Life m’ont fait penser à la petite bande de TBBT, oui 🙂

    • A vot’ service, M’dame ! 😆

      Coffehouse Angel est chouette dans le genre cute-un-brin-guimauve – de temps en temps ça fait du bien 🙂

  2. Moi je note juste que quand on lit des YA que j’ai pas recommandés, ça le fait moins !! 🙂
    mais je dis ça je dis rien ! Ravie que tu aies tout aimé. Sauf Ari mais bon, tu pouvais pas être parfaite, c’est pas grave ! 🙂

Dites un truc chouette, un truc à paillettes, un truc qui fait des claquettes ou même un truc qui n'a ni queue ni tête :-)