Zombillénium, Joséphine & La Célibataire

Zombillénium est un parc d’attractions situé dans le Nord de la France et où l’on va pour se faire peur, en ignorant que les employés sont de véritables créatures surnaturelles (vampires, loups-garous, zombies, fantômes et monstres divers) et que le propriétaire est un démon.

Mais depuis quelques temps, les choses vont mal à Zombillénium : les employés ne font plus peur à personne, le parc est au bord de la faillite et il a bien besoin de sang neuf.

                                     Couverture de la BD Zombillénium d'Arthur de Pins, tome 1 et 2

Cependant, lorsqu’une nouvelle recrue débarque, son arrivée n’est pas vue d’un bon œil par certains autres employés et provoque des tensions au sein de l’équipe. La cause de tout ce remue-ménage ? Aurélien, un monsieur-tout-le-monde qui, suite à un malheureux concours de circonstances, a été transformé en monstre et engagé de force à Zombillénium. Heureusement pour lui, il y a au moins une de ses collègues qui ne lui est pas hostile : la jolie Gretchen, qui donne son nom au premier tome.

L’histoire d’Arthur de Pins est construite sur un décalage amusant mais bien trouvé car raccord avec notre époque : des monstres certes… mais solidement ancrés dans la morosité du contexte économique actuel. Eh oui, même les créatures surnaturelles sont touchées par la crise ! Résultat : dans le premier tome, on assiste à un conseil d’administration, une réunion syndicale, et un plan social plutôt radical, la direction du parc ayant une politique de licenciement très particulière.

Cet angle original donne du peps à une histoire par ailleurs assez classique du genre et à un premier tome qui se concentre essentiellement sur la découverte de Zombillénium et de ses employés – notamment Gretchen, sorcière passé par une école puis une fac de sorciers, et désormais stagiaire chez Zombillénium où elle vend des ballons. Sauf que Gretchen est bien sûr un peu plus que cela, ainsi qu’on le découvre au fil des planches.

A côté de cela, on retrouve l’humour habituel lié au thème du monstre essayant de vivre une vie normale, et de nombreux clins d’œil et références. C’est drôle, et la fin du premier tome pique suffisamment notre curiosité pour nous donner envie de lire la suite.

Le hic, c’est que la suite, Ressources humaines, n’a pas du tout été à la hauteur de mes espérances. Non seulement l’intrigue que l’auteur avait commencé à développer dans Gretchen n’est absolument pas reprise ; mais de plus une autre intrigue, que j’ai trouvée sans intérêt, est mise en place, reléguant Gretchen et Aurélien au rang de personnages secondaires et laissant le lecteur, qui attendait une véritable suite au premier tome, sur sa faim. Je n’ai pas du tout compris où Arthur de Pins voulait en venir avec ce second tome, qui est donc une vraie déception.

Quant à l’aspect visuel, j »ai apprécié le dessin d’Arthur de Pins, ses rondeurs, ses couleurs claires et froides, et le fait qu’il ne soit pas surchargé. Le trait est simple mais les personnages sont expressifs, et j’ai trouvé Gretchen particulièrement réussie. 

      Couverture des BD Ma vie est tout à fait fascinante et Joséphine de Pénélope Bagieu

Ma vie est tout fait fascinante – Pénélope Bagieu

Dans cette BD, Pénélope croque des scènes de sa vie quotidienne. C’est drôle et souvent pertinent : on se reconnaît dans pas mal de situations. J’ai cependant été assez déçue par le dessin, pas suffisamment travaillé à mon goût ; et j’ai été gênée par la manie de Pénélope de faire disparaître la bouche de ses personnages pour exprimer certaines émotions, j’ai trouvé ça bizarre et peu naturel. 

Joséphine, l’intégrale – Pénélope Bagieu

Joséphine est une petite blonde à lunettes complexée par ses hanches, qui travaille dans la pub, se coltine une famille un poil crispante et cherche le prince charmant. Joséphine est drôle et attachante, et on prend plaisir à suivre ses tribulations. Cependant, même si le dessin est un peu plus travaillé que dans Ma vie est tout à fait fascinante, je le trouve toujours un peu simpliste : le coup de crayon de Pénélope Bagieu peine décidément à me convaincre.

Zombillénium 3

La célibataire – India Desjardins et Magali Foutrier

Il ne s’agit pas vraiment d’une histoire continue mais de planches racontant des épisodes cocasses de la vie d’une jeune femme célibataire. Le dessin est simple mais agréable, on se reconnaît dans certaines situations et il y a quelques bonnes trouvailles. Cependant, on nous promet un album évitant les clichés sur le célibat, or il en est rempli ! Les planches intitulées désavantages du célibat, qui expliquent qu’une célibataire ne peut pas ouvrir un bocal, attacher une robe ou tuer une bestiole toute seule, m’ont notamment fait lever les yeux au ciel. Bref, une BD qui n’est pas du tout à la hauteur de ses promesses.

6 réflexions au sujet de « Zombillénium, Joséphine & La Célibataire »

  1. Bonsoir,
    Pour Zombillénium, tout pareil que toi ! J’ai beaucoup aimé le premier et le second, j’ai moins apprécié. Du coup, je n’ai pas fait de billet !

  2. Perso, tu me refroidis pour Zombillenium, je n’aime pas quand la qualité baisse tome après tome … Pour Pénélope Bagieu, as tu lu La Page Blanche ? Je trouve que c’est la meilleure BD qu’elle ait faite (même si je n’ai pas encore lu les Joséphine ! Mais comparé à Cadavre Exquis, BD très décevante, Page Blanche est vraiment bien faite ^^)

    • Pour Zombillénium, je tiens quand même à dire que plein de lecteurs ont aimé le second tome et que je suis en minorité 🙂

      Je n’ai pas lu La Page Blanche mais j’ai vu de bons avis dessus alors si je la trouve à la médiathèque, pourquoi pas ! Cadavre Exquis, en effet, c’est le contraire, je n’ai pratiquement vu que des avis négatifs dessus ^^.

Dites un truc chouette, un truc à paillettes, un truc qui fait des claquettes ou même un truc qui n'a ni queue ni tête :-)