Les malheurs de Sophie (Throwback Thursday #3)

Throwback Thursday est un rendez-vous créé par Bettie Rose et qui nous permet de revenir sur un livre qu’on a lu il y a quelques temps. Le thème de cette semaine étant Retour en enfance, j’ai eu envie de vous parler de l’une des obsessions littéraires de mes jeunes années : Les Malheurs de Sophie, de la Comtesse de Ségur.

les malheurs de sophie - 1

J’ai lu tous les livres de la Comtesse de Ségur quand j’étais enfant, certains même deux ou trois fois, mais parmi toutes ses œuvres, seule Les Malheurs de Sophie est restée culte à mes yeux. Au point qu’il y a quelques années, constatant que j’avais égaré mon exemplaire lors d’un déménagement, j’en ai racheté un ; mais attention, pas un neuf, non j’en voulais un ancien, qui avait l’air d’avoir été relu à de nombreuses reprises, ainsi que l’était le mien. J’ai donc écumé les bouquineries jusqu’à ce que je tombe sur l’exemplaire que vous voyez juste au-dessus – et tout ça alors que je n’ai pas relu ce livre depuis le collège et que je ne suis même pas certaine que je le relirai un jour. C’est vous dire le niveau de pathologie, hein. :mrgreen:

les malheurs de sophie -2

Les Malheurs de Sophie raconte les mésaventures de Sophie de Réan, quatre ans, qui vit sous le Second Empire (le roman est paru en 1858) dans un château de campagne, et qui passe son temps à désobéir à sa mère et à faire des bêtises, parfois seule, parfois en compagnie de son cousin Paul et des ses amies Camille et Madeleine de Fleurville.

A noter que tout ce petite monde s’exprime étonnamment bien pour son âge, avec un vocabulaire très étendu et emploi du conditionnel, alors que Sophie n’a même pas encore 4 ans au début du roman et que Paul en a cinq (les filles Fleurville sont un peu plus âgées mais ne dépassent pas 8 ans) : peut-être que les petits aristocrates français de la seconde moitié du XIXème étaient effectivement aussi avancés mais lorsque vous êtes une fillette du XXème siècle, ça ne vous paraît pas très naturel. Je me souviens aussi que le fait que Sophie vouvoie ses parents me faisait beaucoup rire.

les malheurs de sophie -3

Quel genre de méfaits Sophie commet-elle ? Eh bien, entre autres, elle laisse sa poupée de cire fondre au soleil, marche dans de la chaux vive, découpe les poissons de sa maman (#PsychopatheEnHerbe), est méchante avec Paul, se coupe les sourcils, sert du thé à la craie, et mange des tas de trucs qu’elle n’a pas droit de manger. Alors certes il y a une morale derrière toutes ces histoires (il faut toujours écouter les adultes, il ne faut pas être désobéissante, curieuse, vaniteuse ou gourmande) ; cependant, il y avait quelque chose de cathartique à lire le récit des frasques de Sophie en tant qu’enfant relativement obéissante mais créative, et donc imaginant souvent des bêtises possibles (heureusement pour la santé mentale de mes parents, la plupart de mes idées n’ont jamais dépassé l’ordre du fantasme 😛 ) – c’est probablement pour cette raison que j’ai lu autant de fois Les Malheurs.

Puis c’est drôle. Beaucoup plus que la suite, Les Petites Filles Modèles, dans laquelle la vie de Sophie prend un tournant à la Princesse Sarah. Toutefois, rassurez-vous, ça s’améliore pour elle dans le troisième tome qui s’intitule Les Vacances.

les malheurs de sophie -4

Pour la petite anecdote, la Comtesse de Ségur, Sophie de son petit nom, se serait inspirée de sa propre enfance pour écrire Les Malheurs. Quant à Camille et Madeleine, elles furent inspirées par deux de ses petites-filles qui portaient les mêmes prénoms.

Un mot sur les adaptations, car il y en a eu quelques-unes : trois films, dont le dernier est sorti cette année (je n’en ai vu aucun), une pièce de théâtre en 2008 et une comédie musicale sortie en 2011. Cependant l’adaptation la plus connue est probablement le dessin animé diffusé à la fin des années 90 (j’étais déjà trop âgée pour le suivre mais ma sœur et mon frère le regardaient) et qui reprenait la trilogie en entier.

Print

14 réflexions au sujet de « Les malheurs de Sophie (Throwback Thursday #3) »

    • Ah chouette 🙂 Je sais que c’est un classique des enfants des 80’s (dont je fais partie) mais j’ai l’impression que ceux nés dans les 90’s connaissent plus le dessin animé. Du coup je suis curieuse de voir s’il va parler à beaucoup de monde !

  1. Je suis beaucoup trop traumatisée par une scène de découpage de poissons.
    D’une, on ne rigole pas hein, mais j’ai la phobie des poissons (pour une fille qui a grandi en bord de mer, tip top), deux, l’évocation d’un poisson mort me fait tourner de l’oeil, mais si en plus il est en morceaux… bref, je te raconte ma vie mais merci pour ta participation.

    • Je ne rigole pas, parce que je suis Miss Multi-Phobies ^^
      Et tu n’es pas la première phobique des poissons que je rencontre.

      La scène des poissons est assez horrible, c’est vrai. Elle ne se rend pas compte de ce qu’elle fait mais quand même…

      (Et pas de souci, j’adore que les gens me racontent leur vie ^^)

  2. J’aurais pu choisir également un des ouvrages de la comtesse de Ségur. Mon préféré pour Sophie reste Les vacances lorsque son père refait surface. Mais autrement bien au dessus du lot il y a L’auberge de l’ange gardien, lu et relu.

    • Ah j’ai beaucoup moins accroché avec les Petites Filles Modèles et Les Vacances qu’avec Les Malheurs, mais c’est sympa de voir ce que Sophie et les autres deviennent.

      L’Auberge fait partie des Ségur que j’ai lu plusieurs fois 🙂

  3. Un des plus grands classiques de la littérature jeunesse! Je l’ai beaucoup lu quand j’étais gamine mais j’avais du mal avec le sadisme de Sophie. Elle torturait un peu trop les bestioles^^ Je préférais Les petites filles modèles 🙂

    • Tu peux toujours 🙂 Quoique qu’une fois qu’on a vu le DA et qu’on connaît déjà toute l’histoire, on a peut-être moins envie de le lire ?

  4. Ahhh… Les Malheurs de Sophie ! C’est culte pour moi aussi ! J’ai lu la trilogie et j’adorais regarder le dessin animé, bien que j’aie normalement dépassé l’âge depuis longtemps (en 1998, quand il a commencé, j’avais 25 ans 😀 ) !

    • Ah mais tu avais dépassé l’âge où on n’a plus honte de regarder des DA sous prétexte qu’on est des grandes !
      En 98 j’avais 16 ans et j’étais en pleine période « nan mais les dessins animés c’est pour les gamins » (sauf les Walt Disney parce que les Disney c’est pas pareil ^^).
      Alors que maintenant, à 34 ans, j’aime bien regarder les dessins animés avec mon neveu de deux ans 😛

Dites un truc chouette, un truc à paillettes, un truc qui fait des claquettes ou même un truc qui n'a ni queue ni tête :-)