Robin des Bois, Prince des Voleurs (Kiffonteux #2)

Les kiffonteux sont des films à propos desquels on m’a un jour dit « non mais attends, tu ne peux pas kiffer ce truc-là, c’est une vraie daube, bouh ». Ben si, je peux. Et j’assume. 

Kevin Costner en Robin des Bois dans Robin des Bois, Prince des Voleurs

Regardez-vous toujours Danse avec les loups lorsqu’il passe à la télé alors que vous n’aimez pas particulièrement ce film ?

Trouvez-vous que Kevin Costner porte très bien les branchies ?

En 2006, êtes-vous allé-e voir l’épouvantable Coast Guards au ciné uniquement parce que Kevin joue dedans  ?

Chaque fois que vous prenez l’avion, vous imaginez-vous en faire brusquement stopper le décollage, descendre de l’appareil et courir sur la piste pour vous jeter dans les bras de votre bodyguard préféré, le tout sur fond d’I Will Always Love You ?

En pleine séance de Man of Steel, vous êtes-vous exclamé-e, ravi-e, en secouant le bras de l’amie qui vous accompagnait : « haaaaaaan mais c’est Kevin ! Regarde ! C’est Kevin Costner qui joue le père de Clark ! », tandis que le reste de la salle vous lançait des regards assassins ?

Quand vous êtes allé-e voir le Robin Hood de 2010, avez-vous eu envie de jeter des tomates pourries sur Russell Crowe en hurlant « Rendez-nous Kevin ! » ?

Si vous avez répondu par l’affirmative à toutes ces questions, j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle à vous annoncer. La mauvaise, c’est que vous êtes atteint-e de KevinCostnerite aiguë. La bonne, c’est que cette maladie se traite très bien : il suffit juste de visionner régulièrement un film dans lequel Kevin joue. The Bodyguard et Robin Hood sont particulièrement efficaces.

Waterworld aussi, parce que les branchies c’est sexy. Si, si.

Kevin Costner et Morgan Freeman dans Robin des Bois, Prince des Voleurs

Robin Hood, Prince of Thieves, sorti en 1991 alors que j’avais 9 ans, est l’un des deux films à l’origine de mon amour indéfectible pour Kevin Costner (le second étant bien évidemment The Bodyguard #FrankFarmerForever).

Outre un Kevinou maniant l’arc comme un dieu, on y trouve également :

– Alan Rickman.

– La voix d’Alan Rickman.

– Une sorcière affreusement clichée (et affreuse tout court).

– Des clins d’œil au film de 1938, Les Aventures de Robin des Bois (dont je vous parle plus bas).

– Des bromances.

– Morgan Freeman improvisant une césarienne dans la forêt.

– Christian Slater qui a l’air d’avoir 14 ans (alors qu’il en avait 22).

Les fesses de Kevin Costner (du moins c’est ce que je croyais : j’ai appris en écrivant cet article que Kevin a utilisé une doublure pour cette scène. Bouh Kevin bouh ^^).

– Un secret de famille.

– Sean Connery (qui a lui-même interprété Robin Hood dans le superbe Robin and Marian, un film dont je vous parle également plus bas) en Richard Cœur de Lion.

Everything I Do I Do It For You, la superbe chanson-thème de Bryan Adams.

Alan Rickman et Mary Elizabeth Mastrantonio dans Robin des Bois, Prince des Voleurs

Robin Hood, Prince of Thieves est un film fun et rythmé : certes, l’humour ne vole pas bien haut mais certaines répliques vous feront sourire, notamment celles d’Alan Rickman qui campe un shérif de Nottingham assez théâtral et franchement hilarant (ainsi que curieusement sexy – mais c’est normal, c’est Alan Rickman).

Costner en Robin est à croquer et quand j’étais jeune il me donnait envie d’aller m’installer avec lui dans une cabane au fond de la forêt de Sherwood. M’étant pris presque trois décennies dans le museau depuis et tenant désormais à mon petit confort (#GrosseMémère), la bicoque sylvestre ne me fait plus rêver. Désolée Kevin, mais ce sera le manoir hollywoodien ou rien.

Quant à Marian (Mary Elizabeth Mastrantonio), son personnage aurait pu être assez badass si dans la seconde partie de film elle n’avait pas été réduite à l’archétype de la demoiselle en détresse, hurlant « Robin ! » toutes les cinq minutes (à noter que le film passe – de justesse – le Bechdel test, grâce à la présence de Sarah (Imogen Bain), la dame de compagnie de Marian, que je trouve excellente). 

Statue de Robin des Bois à Nottingham

Robin des Bois a-t-il réellement existé ?

La question fait débat. Les premières mentions à Robin Hood remontent au 13ème siècle, et bien qu’il soit généralement considéré comme issu du folklore anglais (et donc fictif), il existe néanmoins de nombreuses références à des personnages historiques portant des noms similaires qui auraient pu être à l’origine de sa légende.

Le mythe de Robin Hood comporte de multiples variations à propos de l’époque durant laquelle il aurait vécu, ses origines sociales, sa personnalité, sa « carrière » de voleur. La version la plus populaire est celle selon laquelle Robin of Locksley aurait été un contemporain de Richard Cœur de Lion (c’est-à-dire le roi d’Angleterre Richard I, qui régna de 1189 à 1199). Privé de ses terres par le Prince John (le frère de Richard, qui tente de s’emparer du trône en l’absence de ce dernier), Robin se réfugie dans la forêt de Sherwood et se met à dépouiller les riches pour donner aux pauvres, devenant le héros du peuple ainsi que la bête noire du shérif de Nottingham.

Il existe une autre théorie selon laquelle Robin Hood aurait été un nom de code utilisé par de nombreux hors-la-loi.

Robin des Bois, communiste ?

En faisant des recherches pour cet article, je suis tombée sur cette anecdote historique qui m’a beaucoup amusée : en 1953, alors que le maccarthysme battait son plein aux Etats-Unis, une membre de l’Indiana Textbook Commission essaya de faire retirer toute mention de Robin Hood des manuels scolaires de l’Indiana… sous prétexte que les actions du célèbre archer hors-la-loi promouvait, selon elle, le communisme. Heureusement, sa tentative de censure échoua.

Robin Hood à l’écran

Il existe bien trop de films, téléfilms et séries (sans parler des pièces de théâtres, opéras et comédies musicales) s’inspirant de la légende de Robin des Bois pour pouvoir tous les mentionner. Je vais donc uniquement parler de ceux que j’ai vus.

Errol Flynn et Olivia de Havilland dans Les Aventures de Robin des Bois

The Adventures of Robin Hood (1938)

Je n’avais plus revu ce film depuis mon adolescence et si je me souvenais qu’il était mauvais, je ne me rappelais en revanche pas qu’il l’était à ce point ^^ !

Les dialogues sont ineptes (un conseil, regardez-le en VO si vous pouvez parce que le doublage français est ignoble) et le jeu des acteurs est catastrophique (Olivia de Havilland, qui incarne Marian, est la seule à s’en sortir correctement, mais en même temps c’est normal vu que c’est Olivia de Havilland), notamment au niveau des rires : pas un seul personnage n’est fichu de rire de façon naturelle. Or quand on sait qu’ils passent l’essentiel du film à se marrer (surtout Robin, joué par Errol Flynn et sa fameuse moustache), la plupart du temps sans la moindre raison, au bout d’un moment on commence fortement à se demander si la forêt de Sherwood ne renfermerait pas des gisements de gaz hilarant.

Ou alors Robin et sa bande arrondissent leur fin de mois en dealant au coin du bois.  

En tout cas, la drogue expliquerait le costume de Robin (ainsi que sa coupe de cheveux) : un justaucorps d’un vert assez vif, orné de sequins, et prolongé par un collant. La pauvre Marian n’est guère mieux lotie : ses tenues sont atrocement kitsch et piquent les rétines.

Le Robin des Bois d’Errol Flynn est franchement tête à claques, au point qu’il est difficile de réellement prendre parti pour lui. Marian n’est là que pour jouer le rôle de la demoiselle en détresse, et je ne vous parle pas de la déclaration d’amour éternel entre ces deux-là, qui a lieu alors qu’ils se sont rencontrés à peine trois fois auparavant. Barbe à papa et consternation.

A regarder par curiosité un soir de déprime où vous avez besoin de rigoler, de même que le film qui suit. 

Cary Elwes en Robin des Bois dans Men in Tights

Robin Hood: Men in Tights (1993)

Ce pastiche écrit et réalisé par Mel Brooks parodie principalement Les Aventures de Robin Hood, le Robin des Bois de 1991 et la version de Disney. 

Je l’avais vu il y a très longtemps et j’en gardais plutôt un bon souvenir, mais force m’est de constater que soit il a mal vieilli, soit j’ai vieilli tout court, parce que je n’ai pas ri autant que je m’y attendais. L’humour du film, qui repose essentiellement sur l’absurde, les jeux de mots et les anachronismes, est certes souvent appréciable ; mais il est également parfois très lourd – et les nombreuses blagues sur la ceinture de chasteté que porte Marian finissent par être lassantes.

Cependant le « Will Scarlet O’Hara » me fait toujours autant marrer et j’aime beaucoup les numéros musicaux. 

Robin des Bois version Disney

Robin Hood (Disney – 1973)

Il y a des Walt Disney que je peux revoir des dizaines de fois sans jamais m’en lasser… et il y en a d’autres qui ne passent pas l’épreuve du temps (je dois décidément avoir vieilli). C’est malheureusement le cas de ce Robin des Bois. Les chansons sont sympas (surtout Whistle Stop, la fameuse introduction sifflée par le coq troubadour) et c’est une jolie histoire de solidarité entre les habitants de Nottingham, mais ce film est loin de faire partie de mes dessins animés Disney préférés.

Bien qu’héros de l’histoire, Robin manque singulièrement de personnalité (je ne parle même pas de Marian qui est quasiment inexistante) et se fait éclipser par de nombreux personnages secondaires, comme Little John, Friar Tuck, Prince John, Lady Kluck (la dame de compagnie de Marian), le shérif de Nottingham et même Skippy le petit lapin. Et j’avais oublié à quel point la romance entre Robin et Marian est atrocement guimauve !

J’aime beaucoup Little John mais en revoyant le film je me suis aperçue qu’il me rappelait énormément le Baloo du Livre de la Jungle – et pour cause, il s’avère que c’est le même acteur, Phil Harris, qui assure leur voix. C’est d’ailleurs la même chose pour la version française où c’est Claude Bertrand qui interprète Little John et Baloo. Accessoirement, Harris et Bertrand ont également doublé la voix de Thomas O’Malley dans Les Aristochats, ce qui explique pourquoi O’Malley m’a toujours fait penser à Baloo ! Cependant la meilleure prestation pour moi est celle de Prince John (Peter Ustinov).

Je me suis aussi demandé pourquoi Disney avait opté pour des animaux anthropomorphes pour représenter les personnages. Il semblerait qu’avant de produire Robin Hood, Disney ait voulu adapter Le Roman de Renart à l’écran. Ce projet n’a jamais abouti mais le studio a conservé l’idée d’un renard anthropomorphe et l’a utilisée pour son Robin des Bois.

Sean Connery et Audrey Hepburn dans La Rose et la Flèche

Robin and Marian (La Rose et la Flèche – 1976)

Dans cette version, Robin (Sean Connery) et Marian (Audrey Hepburn) sont d’âge mûr et se retrouvent après vingt ans de séparation. En dépit de son ton sombre et mélancolique, et du fait que je pleure toujours à gros bouillons chaque fois que le regarde, c’est un film magnifique que j’aime énormément.

Robin des Bois, une série BBC de 2006

Robin Hood (2006-2009)
Il s’agit d’une série produite par la BBC et comptant trois saisons, qui raconte les aventures d’un jeune Robin des Bois revenu en Angleterre après cinq ans d’absence. Objectivement, ce n’est pas une très bonne série, même si j’ai bien aimé les deux premières saisons (la troisième est en revanche une catastrophe), ainsi que les prestations de Jonas Armstrong en Robin et de Lucy Griffiths en Marian, même si le personnage de celle-ci m’exaspérait souvent.

Cependant, en ce qui me concerne, le principal attrait de cette série (et la raison initiale pour laquelle j’avais commencé à la regarder) c’est lui :

Richard Armitage en Guy de Gisborne dans la série Robin des Bois

C’est-à-dire Richard Armitage, alias un monsieur qui me donne toujours très chaud, eyeliner compris (#GrosseMidinette). Dans la série, il interprète un fort sexy Guy de Gisborne – à tel point que pendant trois saisons j’étais Team Vilain (#BadBoyCrushSyndrom). Robin a beau être cute tout plein, il a tout de même l’air d’avoir douze ans et demi et on se demande comment Marian peut le préférer à Guy.

En fait, c’est peut-être pour cela qu’elle m’agaçait autant. Ha.

Russell Crowe dans Robin des Bois

Robin Hood (2010)

Blargh. Blargh. Blargh.

Oui je sais, paie ta critique constructive mais je l’ai vu au cinéma à sa sortie et j’ai tellement détesté que je n’ai pas eu le courage de le revoir. Navrée cher lectorat, mais mon dévouement bloguesque a ses limites.

Kevin Costner et Nick Brimble dans Robin des Bois, Prince des Voleurs

Allez, c’est à présent à votre tour de passer aux aveux ! Etes-vous atteint-e de KevinCostnerite ? Robin des Bois, Prince des Voleurs fait-il partie de vos kiffonteux ? Vos rétines ont-elles survécu à un visionnage des Aventures de Robin des Bois ? Trouvez-vous comme moi que le Robin de Disney a mal vieilli ou êtes-vous silencieusement en train de me traiter de vieille bique ?

Enfin, avez-vous également fantasmé sur l’eyeliner de Guy de Gisborne dans la série Robin Hood de 2006 ?

16 réflexions au sujet de « Robin des Bois, Prince des Voleurs (Kiffonteux #2) »

    • Merci Laurane 🙂

      Oui il y a des tas de versions différentes, sous diverses formes. D’ailleurs, j’ai vu hier qu’un nouveau film Robin des Bois vient de sortir – mais les critiques sont assez mauvaises !

  1. Hahahaha putain le coup de vieuuuuuuux sa race (ouais j’ai mon anniversaire dans 15 jours, faut que je me prépare à avoir 35 ans j’suis pas prête).

    Donc, non, je ne suis pas atteinte de Kevin Costnerite, mais je me referais bien le film pour le plaisir 🙂
    Et je savais pas qu’il y avait autant de versions (breu… je connaissais que celle de Disney mdr).
    Et je me suis demandé moi aussi pourquoi Robin des Bois était le seul Disney avec des héros animaux anthropomorphes… du coup, merci pour l’explication :)))

    Et Richard Armitage, il a joué dans Le Hobbit, et je confirme que même en nain il est pas dégueu. Mais il est mieux en pas nain 🙂

    • Tu sais que je suis allée voir le premier Hobbit au ciné uniquement pour Richard Armitage (que je connaissais d’avant la série Robin des Bois parce qu’il a joué dans l’adaptation de North & South, un roman d’Elizabeth Gaskell) ? J’ai détesté le film mais je me suis quand même tapé les deux autres quand ils sont passés à la télé, là encore uniquement pour les beaux yeux (et la voix. J’adoooooore sa voix. Je le surnomme The Voice) de Richard. #Midinette

      Et je confirme, même en nain de Tolkien, il est loin d’être dégueu 😛

  2. A la lecture de cet article, je me suis rendu compte que j’étais atteinte moi aussi de « KevinCostnerite aiguë »car j’ai vu (et adoré) tous les films cités ! Bravo pour cet article très documenté . Et vive le Prince des voleurs (pourtant j’ai une certaine faiblesse pour Waterworld, bon chacune ses faiblesses)

    • Heureusement la KevinCostnerite aiguë se soigne très bien ^^ !

      Et je sais qu’il est de bon ton de considérer Waterworld comme un épouvantable nanar mais j’ai également une certaine faiblesse pour ce film. Puis les branchies c’est sexy… surtout quand c’est Kevin qui les porte 😛

  3. Alors là CHAPEAU !!!!! La chronique est archi complète ! Bon moi je suis pas spécialement in love with Kevin même si Robin des Bois et Bodyguard font partie de mes souvenirs d’ado (bah ouais j’ai 35 ans, je peux pas lutter c’est générationnel 😉 ). Par contre j’ai une très longue liste de kiffonteux passant de la musique au cinéma et par les séries… je suis une midinette qui n’a pas grandi… Je pourrais me retaper toutes les saisons de Beverly Hills (l’ancien hein pas le nouveau), je connais encore par cœur toutes les chansons d’East 17 et je me suis dressée haut et fort entre ma mère et la poubelle quand elle a voulu jeter mes vieux albums. Je suis une fan interplanétaire de la mort qui tue des téléfilms de noël bien pourris de M6 (encore mieux s’il y a l’esprit du Noel passé, du Noël présent et du Noël futur) et la liste est bien plus longue que ça, mais quand même nous sommes en public, je sais me tenir 😉
    Enfin, j’ai jamais aimé le Robin des Bois de Disney, par contre Baloo… et celui-là je pourrais encore le mater en boucle…
    Bon bref, encore un super moment passé à te lire ! Je t’ai dit que je suis fan ??? A très bientôt 😉

    • Je pense que presque toutes les ados des 90’s ont soupiré après Kevin à un moment ou à un autre !

      J’ai également une liste de kiffonteux longue comme un jour sans chocolat – ici je parle de films mais si je devais parler des chansons parfaitement honteuses que j’adore, ma réputation de blogueuse cool n’y survivrait pas… ah attends, on me souffle dans l’oreillette qu’en fait je n’ai jamais eu de réputation de blogueuse cool. On se demande bien pourquoi, tiens. XD

      Beverly Hills je n’ai jamais été réellement fan mais je regardais pour savoir ce qui allait se passer. Et pour Luke Perry #GrosseMidinette. Et du coup je suis obligée de te poser LA question : Team Brandon ou Team Dylan ?

      Les téléfilms de Noël en revanche, je ne peux pas, je déteste les fêtes de fin d’année #Grinch 😛
      Mais les téléfilms pourris de l’aprem sur TF1 ou M6, qu’est-ce que j’ai pu en regarder, surtout à l’époque où on n’avait pas encore Internet puis Internet version encore-sur-l’ordi-?-je-te-préviens-que-si-tu-dépasses-le-forfait-ce-sera-retenu-sur-ton-argent-de-poche 😛

      Et merciiiiiii ♥

  4. Mais j’adore ta catégorie kiffonteux! C’est une idée juste géniale! Des kiffs honteux j’en ai plein… et ouais! moi aussi je kiffe Keviiiiiiin! 🙂

  5. Je suis clairement atteinte de KevinCostnerite !!! Non mais Kevin quoi *_* Et en plus je suis tombé sous son charme grâce à Robin Hood <3
    Je ne le loupe jamais quand il passe à la télé !!! Keviiiiiiiiiiinnnnn <3

    Merci pour l'explication du Disney, et j'avoue ne pas trop aimer ce Disney même si ça ne me dérange pas de le regarder parfois mais il n'est pas mon Disney préféré …

    Merci pour ce chouette article kiffonteux <3

    Bisous xX.

    • Ah non mais Kevin, en 1991 et 1992, il nous a sorti le combo mortel : Robin des Bois et Bodyguard. Et bim toute une génération de midinettes était née ! XD

      Pour le Disney, j’étais un peu dépitée en le revoyant parce que je me souviens qu’enfant je le kiffais réellement. Ça m’a fait exactement la même chose avec Peter Pan récemment (j’ai été choquée de réaliser à quel point c’est sexiste et raciste). Je crois vraiment qu’il y a des dessins animés qu’il est mieux de ne pas revoir une fois adulte, histoire de ne pas bousiller nos souvenirs d’enfance ^^ !

  6. Disons que pour moi, Robin des Bois, c’est avant tout un renard ^^ #générationDisney !
    Ce n’est pas mon favori mais les dessins sont assez typiques de cette époque, un peu comme le livre de la jungle je trouve, c’est dans le même style, le même tracé xD
    Les autres Robins… Je ne les connais pas, mais le simple fait que tu aies évoqué Alan Rickman me donne envie de voir le premier 🙂

    • Haha je comprends ^^

      Et oui pour Alan Rickman, d’autant qu’il livre clairement la meilleure prestation du film, il est absolument génial en shérif de Nottingham !

  7. Ce n’est pas honteux d’aimer le Robin des bois avec Kevin Costner. J’ai le souvenir d’un film sympa, un peu nanar sûrement mais un film où il y a Alan Rickman dedans ne peut pas être honteux à voir 🙂 Des autres films ou séries, je n’ai vu que le Disney.

    • Je ne le considère pas non plus comme honteux (à vrai dire, j’assume tous mes goûts, même mes goûts douteux ^^) mais quand je dis que j’aime ce film, on me répond souvent que c’est une daube.

      Et on est bien d’accord pour Alan Rickman, d’autant plus qu’il est sans conteste la star de ce film, il est vraiment excellent dedans !

Dites un truc chouette, un truc à paillettes, un truc qui fait des claquettes ou même un truc qui n'a ni queue ni tête :-)