The Grimm Legacy (Throwback Thursday #4)

Throwback Thursday est un rendez-vous créé par Bettie Rose et qui nous permet de revenir sur un livre qu’on a lu il y a quelques temps. Le thème de cette semaine étant Il était une fois, j’ai décidé de vous parler d’un joli roman middle-grade qui tourne autour des contes de fées : The Grimm Legacy (paru en français sous le titre La malédiction de Grimm) de Polly Shulman.

(La chronique de ce livre avait initialement été publiée en 2012 sur la V1 du blog)

The Grimm Legacy - La malédiction de Grimm - Polly Shulman - Throwback Thursday #4

Le New York Circulating Material Repository n’est pas une bibliothèque ordinaire : au lieu d’y emprunter des livres, les usagers y empruntent des objets. Des objets historiques, comme un service à thé du XIXème siècle ou une perruque ayant appartenu à Marie-Antoinette, mais également des objets magiques tout droit sortis de contes de fées, exactement comme ceux que contient la fameuse collection Grimm. Collection qui, depuis quelques temps, subit des vols répétés. Pour éviter de se faire accuser de ces larcins, Elizabeth, la narratrice, se lance à la recherche du voleur.

N’ayant jamais été une grande fan de contes de fées, à part ceux d’Andersen, j’aime pourtant lire des histoires qui en sont inspirées ou même des réécritures : je ne pouvais donc qu’être attirée par le postulat de The Grimm Legacy (pensez donc ! Une bibliothèque qui prête des objets magiques ! Qui ne voudrait pas y travailler ?), roman qui commence lui-même comme un conte de fées. Elizabeth Rew, orpheline de mère, est une adolescente solitaire. Depuis que son père s’est remarié, il ne lui prête plus vraiment attention, sa nouvelle épouse ainsi que les deux filles de cette dernière passant au premier plan – à tel point que pour pouvoir payer les études universitaires de ses belles-filles, il a retiré Elizabeth de l’école privée où elle avait tous ses amis et lui a supprimé ses cours de danse. Quant à sa belle-mère, elle n’est pas vraiment méchante avec Elizabeth mais la considère comme corvéable à merci. 

Aussi lorsqu’elle est engagée comme page (c’est-à-dire qu’elle est chargée d’aller quérir les objets demandés par les usagers) au New York Circulating Material Repository, la jeune fille est ravie d’avoir une opportunité de sortir de chez elle pour autre chose qu’aller en cours. Le Dr Rust, directeur du Repository, est un peu étrange mais sympathique, les bibliothécaires sont gentils et elle se lie vite d’amitié avec les autres pages : Marc, un garçon populaire de son école pour lequel elle a un faible ; Anjali, une jolie fille d’origine indienne ; et Aaron, un type bougon qu’Elizabeth n’apprécie guère.

Cependant, ce qui passionne surtout Elizabeth dans son travail au Repository, ce sont les objets magiques, particulièrement ceux de la collection Grimm, dans laquelle on trouve par exemple les bottes de sept lieues, le miroir magique de la belle-mère de Blanche-Neige, ou bien encore, les souliers de danse des douze princesses, le conte préférée d’Elizabeth. Aussi, lorsque certains de ces objets commencent à être remplacés par des copies dénuées de magie par un mystérieux voleur, la jeune fille et ses amis n’hésitent pas à se lancer dans une chasse au chapardeur.

Dans The Grimm Legacy, Polly Shulman utilise les codes des contes de fées : on y croise par exemple une fée déguisée en vieille femme sans-abri, des portes qui ne s’ouvrent que si on leur chante un air précis, un peigne qui rend notre chevelure irrésistible, des rubans porteurs d’un sort de protection, un jardin magique, etc. Pour emprunter un objet, on laisser une part de soi-même en guise de garantie. Quant à Elizabeth, qui ainsi que je l’ai dit a elle-même quelque chose d’une héroïne de conte de fées, elle finit même par trouver son prince charmant.

La mise en abyme est assez réussie, les personnages sont attachants, les descriptions des objets magiques sont enchanteresses et il y a beaucoup d’humour : j’ai notamment adoré le miroir magique issu de Blanche-Neige, qui certes dit toujours la vérité, mais en essayant de la rendre aussi embarrassante que possible pour celui ou celle qui la demande, qui parle en énigmes et qui adore exaspérer Elizabeth en l’appelant par les divers diminutifs de son prénom, ce dont elle a horreur. De plus, Polly Shulman a mis en place un contexte réellement intéressant au sein du Repository : en sus de la collection Grimm, il existe également d’autres collections spéciales, comme celle de H.G Wells ou celle, dite cyberpunk, de William Gibson – ce qui s’annonce prometteur pour les tomes suivants, The Grimm Legacy s’avérant être le premier opus d’une série. Cependant, j’ai trouvé le tout un peu trop simple à mon goût, des relations entre les personnages à l’écriture, en passant par les rebondissements fort prévisibles et l’intrigue qui se résout trop facilement et trop rapidement. J’ai trouvé dommage que l’auteur n’exploite pas plus le fabuleux univers qu’elle a créé : j’aurais aimé un récit un peu plus complexe, voire même un peu plus sombre !

Néanmoins, The Grimm Legacy constitue une lecture agréable et une très jolie variation autour des contes de fées.

Throwback Thursday 4 - The Grimm Legacy

 

8 réflexions au sujet de « The Grimm Legacy (Throwback Thursday #4) »

    • Oui je trouve qu’elles sont très jolies, pour les deux versions. La version française a repris la couverture du paperback VO.

Dites un truc chouette, un truc à paillettes, un truc qui fait des claquettes ou même un truc qui n'a ni queue ni tête :-)