Pépé le Putois (La neuneu des collines #1)

Petits bouts de la vie ultra-glam’ et passionnante d’un boulet professionnel

Pépé le Putois - La neuneu des collines 1 - Caro Bleue Violette

A la caisse d’une librairie, il y a quelques jours (une copine avait besoin de conseils pour un cadeau et m’a demandé de l’accompagner) :

Moi (poursuivant une conversation existentielle entamée entre deux conseils de romans Young Adult) : Si ma vie était un film, là tout de suite, ça s’appellerait Moi, moche et méchante. Non attends, Moi, grosse et fauchée !

Copine : Mouahahahaha !

Monsieur âgé, derrière nous dans la file d’attente : Oh mais il ne faut pas dire ça, mademoiselle ! Vous êtes jolie comme tout ! Et moi j’ai toujours aimé les jeunes femmes bien rembourrées, hé hé hé !

Vous connaissez Pépé le Putois ? Je ne veux pas dire que le monsieur en question sentait fort (ce n’était pas le cas), mais que son accent transalpin m’a fait penser à ce personnage animé de Looney Tunes, qui a pour caractéristique d’être très dragueur (il poursuit constamment une petite chatte du nom de Penelope qu’il prend pour une femelle putois) et qui, dans la version française, parle avec un accent italien !

Bref, j’ai souri et j’ai dit merci, parce que je suis polie et que le monsieur, bien qu’un peu relou, était gentil. Cependant, ainsi que me l’a fait remarquer mon amie, j’ai perdu une occasion de me trouver un papa gâteau pour qui le côté « grosse » n’aurait pas été un problème et qui aurait pu arranger mon côté « fauchée » ! 

 ***

Il y a quelques semaines, j’ai eu un dégât des eaux (il y a deux énormes taches d’humidité sur le plafond de ma chambre –  une en forme de dindon, l’autre de poisson – et quand il pleut, ça passe à travers ^^) et comme mes voisins ont exactement le même souci, le syndic a envoyé (une fois de plus) un artisan couvreur réparer le toit. Hier matin, j’étais donc censée recevoir un monsieur qui m’avait dit qu’il avait besoin de voir mon plafond et qu’il serait là à 9h30, voire 10h.

J’ai donc été assez surprise lorsqu’à neuf heures, alors que je n’étais pas coiffée, j’ai vu, à travers l’ouverture du Velux de ma chambre, apparaître une tête hirsute et barbue me demandant si c’était bien ici le dégât des eaux. Heureusement que je ne sortais pas tout juste de la douche et que j’étais complètement habillée, hein.

Je lui ai donc indiqué les taches, pensant que ce Big Foot des toits allait descendre pour venir les examiner. Mais non : il s’est mis à se contorsionner pour pouvoir apercevoir le dindon et le poisson, à tel point que j’ai bien cru qu’il allait passer à travers la lucarne et atterrir la tête la première sur mon lit ! Ayant surpris mon regard horrifié, le Yéti de gouttière m’a fait un grand sourire : « Vous inquiétez pas, M’dame, j’ai l’habitude ! ». Ah. Bon. Si vous le dites. 

A noter qu’il m’était déjà arrivé une aventure similaire l’année dernière avec un autre artisan couvreur : les joies de vivre sous les toits dans un immeuble qui n’a pas été retapé depuis la Seconde Guerre Mondiale… voire la Première !

11 réflexions au sujet de « Pépé le Putois (La neuneu des collines #1) »

  1. Pardon mais ta première histoire est juste à mourir de rire ! J’imagine beaucoup la scène en tout cas. (les petits vieux sont en forme en ce moment, mon ancien voisin m’a ouvertement draguée devant mon homme mort de rire…)
    Hey, je viens juste de me rendre compte que nous avons les mêmes goûts au niveau de la littérature. Une bonne chose… Tes mots sur mes lèvres est dans ma PAL depuis… euh… longtemps 😀

  2. Caro!!!!! La question essentielle est : était-il potentiellement riche et sur le point de décéder????
    Suivant les réponses à ce prérequis, la marche à suivre diffère!!

    • Mouahahaha (bon en fait je devrais m’indigner et être choquée par ta vénalité mais bon je suis fauchée. Je m’indignerai quand je ne le serai plus 😀 ) !

      Bon il était assez âgé, au moins octogénaire. Mais il avait l’œil brillant (et lubrique ^^). Il avait l’air en bonne santé 🙂

      Quant à sa situation financière, aucune idée, mais bon je ne pense pas qu’il soit super blindé !

  3. J’adore le sous-titre de ce billet, et j’aime ta manière de tourner tout cela en dérision.
    Pour le couvreur, je l’ai déjà vécu et je dois avouer que c’est difficile, en revanche, j’adore l’histoire du monsieur prêt à te prendre sous son aile….Ne dis pas Fontaine…

Dites un truc chouette, un truc à paillettes, un truc qui fait des claquettes ou même un truc qui n'a ni queue ni tête :-)